Sénégal: Santé et bien-être des femmes et des adolescentes - 77 motos pour rapprocher l'offre de soins dans le sud du pays

14 Décembre 2018

Dans le cadre de l'amélioration de la santé et du bien-être des femmes et des adolescentes du Sud du Sénégal, l'Unfpa vient de mettre à la disposition du ministère de la Santé et de l'Action sociale 77 motos. Des outils qui vont permettre aux acteurs de rendre accessibles les services aux populations. La cérémonie de remise a eu lieu hier, jeudi 13 décembre.

D'un montant de près de 97,5 millions de nos francs, l'Unfpa vient de remettre au ministère de la Santé et de l'Action sociale du Sénégal 77 motos. Une donation qui entre dans le cadre du projet: «Amélioration de la santé et du bien-être des femmes et des adolescentes du Sud du Sénégal», financé par le gouvernement du Canada.

S'adressant ministre de la Santé, Abdoulaye Diouf Sarr, la représentante résidente de l'organisme des Nations unies au Sénégal, Cécile Compaoré Zoungrana, déclarera: «par ce geste, Unfpa et Affaires mondiales Canada soutiennent les efforts louables de votre département afin d'améliorer la santé et le bien-être des femmes et des adolescentes du Sud du Sénégal».

Destinés aux districts sanitaires des régions médicales de Kédougou, Kolda, Sédhiou, Tambacounda et Ziguinchor, ainsi qu'aux centres conseils adolescents, ces engins faciliteront, selon les acteurs, la fourniture de services de santé reproductive aux femmes et filles dans les zones les plus difficiles d'accès.

«Dans ces cinq régions du Sud du Sénégal, beaucoup trop de femmes et d'adolescentes y meurent chaque année. Malgré les efforts consentis par le gouvernement, le nombre de décès maternels est de loin supérieur à la moyenne nationale de 236 décès pour 100.000 naissances vivantes.

On déplore également une surmortalité des adolescentes. Ces décès sont d'autant plus tragiques qu'ils sont évitables», a soutenu Mme Compaoré Zoungrana.

Pour la représentante du gouvernement du Canada, Monika Vadeboncœur, la prise en charge de la femme et de la fille dans le domaine de la santé est inscrite en priorité dans la politique de développement de son pays. Ainsi, relève-t-elle, «la femme autonome s'investit pour toute la famille.

Il nous faut travailler pour réduire la mortalité maternelle et néonatale». Le ministre de la Santé et de l'Action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr, s'est félicité de cette action qui entre en droite ligne avec la politique d'amélioration des conditions de santé de la population sénégalaise.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.