14 Décembre 2018

Cameroun: Paul Biya poursuit l'apaisement

Le président de la République a décidé hier de l'arrêt des poursuites contre près de 300 personnes poursuivies devant les Tribunaux militaires.

Heureuse coïncidence ! Le jour où le Comité national de désarmement, de démobilisation et de réintégration voit son coordonnateur national, Francis Faï Yengo entrer en fonction, avec son installation par le Premier ministre, chef du gouvernement, président du Conseil de direction du CNDDR, Philemon Yang, une autre bonne nouvelle. La décision prise par le président de la République, Paul Biya d'arrêter les poursuites pendantes devant les tribunaux militaires contre un certain nombre personnes dans le cadre de la crise dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, comme l'indique le communiqué rendu public à cet effet par le ministre, secrétaire général de la présidence de la République, Ferdinand Ngoh Ngoh. Ceci, après une décision similaire datant du 30 août 2017, lorsque sur instruction du président de la République, les poursuites devant le Tribunal militaire de Yaoundé avaient été stoppées contre Me Nkongho Félix Agbor Balla et d'autres personnes impliquées dans les violences dans les deux régions.

Paul Biya reste ainsi dans la suite de l'annonce faite le 6 novembre 2018 dans le discours inaugural de son septennat. « Fort du soutien du peuple camerounais tout entier et persuadé qu'il existe une issue honorable, dans l'intérêt de tous, je ferai en sorte que le calme et la sérénité reviennent dans les deux régions concernées, dans le respect des institutions dont je suis le garant », avait alors annoncé le chef de l'Etat. Cela s'est très vite traduit dans les faits avec la création le 30 novembre 2018 du Comité national de désarmement, de démobilisation et de réinsertion des ex-combattants dont les missions en disent long sur l'objectif visé par le président de la République : désarmer, démobiliser et réintégrer au sein de la Nation, ceux qui ont ainsi pris les armes contre leur pays.

Le souci du chef de l'Etat est clair : il s'agit de mettre fin à la situation que vivent les populations des deux régions depuis la fin de l'année 2016 et offrir de meilleures opportunités aux jeunes gens concernés qui ont pris les armes contre leur propre pays. La création du CNDDR s'est accompagnée trois jours plus tard de la nomination de son coordonnateur national, en la personne de Francis Faï Yengo et quelques jours après des chefs de centres régionaux pour le compte du Nord-Ouest, du Sud-Ouest et de l'Extrême-Nord. En décidant hier de l'arrêt des poursuites pendantes devant les Tribunaux militaires contre certaines personnes arrêtées, au moment où les responsables du CNDDR entrent en fonction, Paul Biya vient de marquer une fois encore sa volonté de voir la paix revenir dans les régions concernées. Il ne reste plus aux autres qu'à saisir la perche qui leur est ainsi tendue.

Cameroun

Crise anglophone - Libération des 20 étudiants kidnappés à Buea

Vingt étudiants de l'université de Buéa, Sud-ouest du Cameroun, ont été… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.