14 Décembre 2018

Ile Maurice: Vers un diplôme obligatoire pour les instituteurs

Six cents. C'est le nombre d'instituteurs qui entameront leur Bachelor in Education (BEd) l'année prochaine. Le premier groupe de 300 enseignants sera appelé sur les bancs du Mauritius Institute of Education (MIE) dès janvier 2019 et le second, également au nombre de 300, en juillet de la même année. Si pour le moment, du côté du ministère de l'Éducation, l'on maintient que le critère d'entrée pour un enseignant au primaire reste le Higher School Certificate, on explique pourtant que cela sera appelé à changer dans un proche avenir.

L'appel à candidatures pour le BEd a été lancé le 30 novembre. Parmi les demandes obtenues, 300 enseignants seront retenus pour la grande rentrée de janvier 2019. Soit 250 enseignants des écoles publiques et 50 des établissements du Service diocésain de l'éducation catholique. Ce n'est qu'en 2020 que ce premier groupe sera diplômé. La formation de deux ans sera menée en alternance avec leur emploi. Les enseignants ont jusqu'au 20 décembre pour envoyer leur candidature au ministère de l'Éducation.

Pour préparer ce diplôme universitaire, un comité tripartite a été mis sur pied au sein du ministère afin que les cours proposés soient appropriés pour les instituteurs. Il comporte des représentants de l'Éducation, du MIE (qui dispensera la formation), ainsi que des représentants de la Government Teachers' Union (GTU). «Le comité décidera qui sera éligible, ou encore, décidera des modules appropriés», explique Vinod Seegum, président de la GTU. Du côté du ministère de tutelle, l'on explique que l'expertise étrangère a aussi été sollicitée.

Si après sa longue bataille pour l'obtention de cette formation, Vinod Seegum se dit satisfait, il y a quand même un bémol. Les enseignants seront appelés à payer des frais d'inscription de Rs 7 500 par semestre. Soit un total de Rs 30 000 pour les deux ans de formation. «Nous acceptons de payer les frais d'inscription bien que nous concevions que c'est à l'employeur de le faire. Cependant, nous trouvons que la somme de Rs 30 000 pour les deux ans est exagérée. Nous avons déjà fait parvenir un courriel au ministère pour proposer que l'on paie Rs 15 000 au lieu de Rs 30 000.»

La bataille pour la mise en opération de ce projet n'a guère été facile. C'est une recommandation qui date du rapport Chesworth, en 1988. Le Salaries Commissioner Donald Chesworth avait souligné l'importance pour les enseignants du primaire de bénéficier d'une formation universitaire au même titre que ceux du secondaire.

L'un des obstacles majeurs, souligne-t-on, a été l'incapacité pour le MIE d'attribuer des diplômes d'études supérieures. L'on y a remédié en avril 2017 quand le Mauritius Institute of Education Amendment Bill a été présenté au Parlement.

Les critères de recrutement devraient évoluer dans les années à venir. Pour le moment, un certificat d'A-Level est suffisant pour les aspirants enseignants. «La décision reposera sur le Pay Research Bureau mais nous voyons nous-mêmes qu'il y a une mouvance internationale vers cela. Il faut assurer la qualité de l'éducation», signale-t-on au ministère.

Ile Maurice

Joaninha - Des rafales de 144km/h enregistrées

L'alerte 4 est maintenue à Rodrigues, et devrait rester en vigueur jusqu'à demain. Selon la station… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.