15 Décembre 2018

Tunisie: Giresse et les «sauveurs» de gauche et de droite

L'on ne voit pas pourquoi il n'en sera pas de même aujourd'hui avec la nomination d'Alain Giresse à la tête de l'équipe. Les mécanismes et le mode de travail peuvent certainement ne pas être les mêmes. Mais on aurait toujours besoin d'un projet assumé et endossé, initié par des personnes passionnées et averties, qui tourne autour non seulement de l'exigence de résultat, mais aussi de jeu et de la manière. Un état d'esprit à son égard.

La sélection ne saurait jamais tourner la page de son passé. Elle aura toujours les mêmes priorités. Tout particulièrement lorsqu'elles sont liées au terrain. Cela offre aux joueurs et à leur entraîneur les mêmes trajets de pensées et de stratégies. Des trajets de parcours, d'alternatives et de jeu. On n'a jamais cessé de le répéter : la manière de jouer de la sélection ne peut réellement prendre forme que lorsqu'on sent sur le terrain qu'il y a onze capitaines, même s'il y a un seul désigné pour cela. Tous les joueurs devraient être là pour s'entraider. Chacun aurait besoin forcément de l'autre. C'est ce qui est évidemment de nature à faire avancer tout le rendement de l'équipe.

Le modèle dont elle aurait aujourd'hui besoin avec la nomination de Giresse devrait accréditer l'idée selon laquelle la performance est, à juste titre, un devoir. Le temps est venu pour y voir de plus près, pour faire le point et certainement aussi les comptes. Rendre les choses à leur juste valeur et à leur place réelle en commençant par les détacher de tout ce qui est de nature à les conditionner outre mesure. C'est l'impératif de la sélection sous la nouvelle conduite de Giresse. Pas seulement de jouer, mais aussi et surtout de redevenir elle-même tout particulièrement dans ce genre de match.

L'ancien stratège de la sélection française a un rôle très important à jouer dans ce sens. Il ne doit pas oublier que les entraîneurs qui ont le plus souvent réussi dans l'équipe de Tunisie étaient ceux dont le travail était aussi bien fondé sur l'établissement des relations humaines avec les joueurs que sur l'aspect technique de jeu. Au fait, c'est une question d'intégration et jamais d'exclusion. Il doit faire jouer un football que les joueurs aiment pratiquer et insuffler à ses hommes une énergie débordante. Tout en étant proche de ses troupes, ne serait-ce aussi que pour barrer la route à tous ceux qui veulent être mêlés aux affaires de l'équipe. Ceux sortis du bois pour apporter leurs compétences. Les «sauveurs» de gauche et de droite et qui feraient bien aujourd'hui de ne pas en rajouter....

Tunisie

CAN2019 - L'entraîneur tunisien envisage un match équilibré

Suez (des envoyés spéciaux) - Le catch de la sélection de la Tunisie, Alain Jiresse, a reparti… Plus »

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.