Tunisie: Quand la défiance remplace la confiance

15 Décembre 2018

Leurs revendications consistent à vouloir changer de statut et adhérer, de la sorte, à la convention pétrolière, le but étant d'intégrer la Fédération générale du pétrole et des produits chimiques affiliée à l'Ugtt. Car, pensent-ils, le transport des marchandises ne cadre pas avec celui des hydrocarbures, ce dernier étant, selon eux, un métier à risque.

Jeudi, une réunion de médiation avec le gouverneur de Ben Arous s'est soldée par un échec. Les grévistes n'en ont fait qu'à leur tête. De même, l'intervention à l'amiable de M. Afif Mabrouki, directeur général des carburants au ministère de l'Industrie, n'a pas réussi à les dissuader. Dans une déclaration à Mosaïque FM, il a jugé inopinée leur grève qui a causé une perturbation d'approvisionnement en carburants, appelant les usagers à ne pas affluer sur les kiosques pour éviter l'épuisement des réserves en essence. Constat confirmé par la chambre syndicale des gérants et propriétaires des stations-service : l'approvisionnement risque d'être suspendu au Grand-Tunis. De son côté, le président de la Chambre syndicale des transporteurs et du transport des produits dangereux, M. Fethi Zouari, avait indiqué sur les ondes de la même radio qu'une nouvelle réunion aura lieu lundi afin de d'examiner les revendications en question. Il n'a pas manqué de qualifier cette grève d'illégale, pouvant nuire à l'économie nationale. Soit un mouvement anarchique qui n'a aucune raison d'être. Il n'est encadré par aucun syndicat, relève le ministre du Transport, Hichem Ben Ahmed.

En réaction, l'Ugtt affirme n'être pour rien dans cette grève qui a pris tout le monde au dépourvu. Et la centrale syndicale n'y est pas allée par quatre chemins pour nier tout lien avec ce mouvement opéré sans préavis. A qui profite l'anarchie? Dans un Etat de droit et des institutions, ce débrayage aussi improvisé qu'arbitraire ne peut en aucun cas passer inaperçu. « Si les parties concernées n'arrivent pas à trouver un terrain d'entente, l'Etat sera contraint d'appliquer la loi.. », martèle le ministre, dans une déclaration accordée à Mosaïque FM.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.