Sénégal: Financement de la phase 2 du PSE - Amadou Ba optimiste

Photo: Aps
Mobilisation de 1, 5 milliard pour le PSE : Paris promet de tenir parole

Dakar, 17 déc (APS) - Le ministre de l'Economie, des Finances et du Plan, Amadou Ba, s'est dit optimiste quant à l'atteinte des objectifs de mobilisation de ressources complémentaires pour le financement de la phase 2 du Plan Sénégal émergent (PSE).

"Oui, je suis optimiste", a confié M. Ba à l'APS, à son arrivée au siège de la Banque mondiale où doit s'ouvrir ce lundi matin le Groupe consultatif pour le financement de la deuxième phase du PSE, mis en œuvre depuis 2014.

"Les choses se passent bien", a rassuré le ministre, soulignant qu'"avec l'aide de Dieu", les objectifs seront atteints.

Lors de cette 8e table-ronde de ses bailleurs de fonds, le Sénégal va chercher à mobiliser auprès de ses partenaires techniques et financiers 4.684 milliards de francs CFA pour compléter le financement du Plan d'actions prioritaires (PAP) 2019-2023.

Le coût global de ce PAP, qui va marquer le début de la mise en oeuvre de la deuxième phase du PSE, est de 14.098 milliards francs CFA.

Le gouvernement est déjà parvenu à mobiliser 9414 milliards de francs CFA. A Paris, il sera donc à la recherche de 4684 milliards devant provenir des partenaires techniques et financiers et 1834 milliards du secteur privé, selon une source proche du ministère de l'Economie, des Finances et du Plan.

Le PAP a été élaboré dans le souci d'assurer "une consolidation des progrès enregistrés" avec la première phase du PSE. Il "se base sur une analyse des meilleures pratiques tant au niveau national que mondial en termes de transformation structurelle de l'économie et de croissance".

Ce présent groupe consultatif est organisé avec l'appui de la Banque mondiale et du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD). Son objectif principal "est de mobiliser tous les partenaires autour de la phase II du PSE et de converger vers un développement durable décliné dans le Plan d'actions prioritaires (PAP 2019-2023)".

Selon le gouvernement sénégalais, "cette conférence permettra de présenter aux partenaires techniques et financiers, aux investisseurs privés et à la diaspora, la seconde phase du PSE et les opportunités d'investissement au Sénégal, en vue de mobiliser les ressources complémentaires pour financer le développement sur la période 2019-2023."

Il souligne qu'elle "s'intègre dans le processus continu de dialogue et de concertation sur les orientations du PSE, de mobilisation de ressources et de partenariats mais également, d'appropriation des priorités nationales par les acteurs au développement et la population".

Les secteurs et domaines prioritaires du PAP 2019-2023 sont : l'agriculture, l'horticulture, l'agro-industrie, les infrastructures, la construction, l'énergie, le Pétrole, le Gaz, les mines, les industries, l'économie numérique, tourisme et finance.

"En plus des personnalités ciblées et des représentants du Gouvernement du Sénégal, des organisations internationales, les partenaires concernés par le financement public classique, les nouveaux partenaires et bailleurs potentiels, le secteur privé national et international, sont conviés au Groupe Consultatif pour partager les opportunités d'affaires et échanger sur les modalités de réalisation des investissements structurants."

Entre autres, la Banque mondiale, la Banque africaine de développement, le Fonds monétaire international et le Fonds saoudien de développement devraient participer à la rencontre aux côtés du chef de l'Etat, Macky Sall.

Dans la foulée de la rencontre avec les partenaires techniques et financiers, un forum des investisseurs privés se tiendra mardi, dans la capitale française.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.