17 Décembre 2018

Madagascar: Rajoelina et Ravalomanana ont débattu pour convaincre les indécis

A Madagascar, c'est la dernière ligne droite avant l'élection présidentielle de mercredi 19 décembre. Il s'agit du second tour où s'opposeront Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux des ex-présidents.

Dimanche, les deux finalistes se sont opposés pour la dernière fois lors d'un débat télévisé retransmis en direct à la télévision. Un débat pour convaincre les derniers indécis.

Lutte contre le chômage, la pauvreté, la scolarisation des enfants, économie, corruption, etc, pendant plus de 2 heures, les deux candidats se sont affrontés, projet contre projet. « Je vais relever le salaire minimum, a promis Andry Rajoelina, construire de nouvelle ville pour créer de l'emploi. »

C'est le « secteur privé » qui crée des emplois

« Ce n'est pas l'Etat qui va créer des emplois, lui a rétorqué son rival, mais le secteur privé, et pour cela il faut des routes et de l'électricité. »

Ravalomanana qui est revenu à plusieurs reprises sur sa destitution par l'armée : « Les Malgaches aujourd'hui sont faibles et fatigués, car ils sont pauvres. Savez-vous combien nous a coûté ce coup d'Etat ? Plus de 8 milliards de dollars. »

Savoir comment les Malgaches vivront en 2019...

L'armée intervient quand un dirigeant se préoccupe plus de ses propres intérêts que de son peuple, lui a répondu Rajoelina : « Vous parlez toujours de coup d'Etat. Mais ce n'est pas ce qui intéresse les Malgaches. Eux veulent savoir comment ils vivront en 2019. »

Beaucoup de projets, de promesses. En tout cas un débat beaucoup plus calme que celui de la semaine précédente même si les deux hommes continuent de régler leur compte.

Madagascar

HCC - Deux recours de candidats rejetés

Deux candidats aux législatives du 27 mai 2019 dont les dossiers ont été rejetés au niveau… Plus »

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.