5 Décembre 2018

Afrique: Stella Nyanzi: contester le pouvoir par « l'impolitesse radicale »

Stella Nyanzi est l'une des plus importantes militantes des droits des femmes en Afrique; ses critiques colorées contre le président Museveni lui ont valu sa renommée internationale, mais l'ont également conduite en prison.

Universitaire, écrivain et militante des droits des femmes, Stella Nyanzi est une critique farouche du président ougandais, Yoweri Museveni. Elle est également une partisane de « l'impolitesse radicale », une stratégie ougandaise traditionnelle pour déstabiliser les puissants par le biais de l'utilisation tactique de l'injure publique.

Au cours des deux dernières années, Nyanzi a soumis le président Museveni à une série d'engueulades publiques, utilisant souvent un langage qui ferait rougir un camionneur. Ces agressions verbales, qu'elle publie généralement sur Facebook, sont très originales, parfois sexuellement explicites et toujours très passionnées. Ses attaques les moins explosives - décrivant le président comme « une paire de fesses » et la première dame (qui se trouve être également ministre de l'Education) comme « une tête vide » - l'ont conduite en prison en 2017. En novembre 2018, elle était à nouveau derrière les barreaux pour son utilisation originale de l'insulte; elle risque actuellement une peine d'un an de prison si elle est reconnue coupable de « communication offensante » et de « cyber harcèlement » du président.

En Ouganda, exprimer librement une opinion est une entreprise risquée. Sous le président Museveni (au pouvoir depuis 1986), les violations des droits à la liberté d'expression, de réunion et d'association sont légion. Des membres de l'opposition politique sont parfois détenus et se voient souvent refuser l'accès aux rassemblements publics et aux médias. Les journalistes critiques sont ciblés pour être arrêtés, enlevés et passés à tabac par les services de sécurité. Parfois ils sont accusés de trahison. Dans leur tentative de réduire la dissidence en ligne, les autorités bloquent également Internet pendant les périodes électorales. En 2017, les services de sécurité ont mis en place une équipe chargée de traquer les médias sociaux à la moindre critique du gouvernement.

En plus de la suppression du discours politique, il existe également de forts tabous culturels contre le fait de parler ouvertement et graphiquement du sexe et de la sexualité. Certains de ces tabous sont inscrits dans la loi: l'homosexualité est illégale et l'éducation sexuelle est interdite dans les écoles.

Nyanzi, qui enseigne à l'Université de Makerere et est titulaire d'un doctorat en sexualité et orientation sexuelle et genre, parle ouvertement - et de manière colorée - du sexe, des organes génitaux et de la politique. Pour cela, elle est adorée par beaucoup de ses concitoyens mais perçue avec dégoût par certains des éléments les plus conservateurs de l'Ouganda.

Le sexe, la politique et « l'impolitesse radicale » étaient mélangés lors de l'arrestation de Nyanzi en avril 2017.

Plus tôt cette année-là, Nyanzi avait lancé la campagne #Pads4girlsUg (Serviettes hygiéniques pour les filles de l'Ouganda) qui collecte des fonds du public pour l'achat et la distribution de serviettes hygiéniques à un million de filles en Ouganda. Elle avait été révoltée par le fait que le gouvernement n'avait pas honoré l'engagement pris en 2016 de fournir ces serviettes à toutes les écolières (au moins 30% d'elles s'absentent de l'école quand elles ont leurs règles) et avait décidé de s'attaquer elle-même au problème. Sa campagne a été couronnée de succès: des dons sont venus de partout en Ouganda et de l'étranger; l'objectif d'un million a été vite atteint.

Mais Nyanzi a également choisi de diriger sa frustration vers Museveni (et la première dame) via une série de critiques cinglantes et d'insultes postées sur Facebook. Pour cela, Nyanzi a été arrêtée le 7 avril 2017 lors d'une collecte de fonds au Rotary Club de Kampala. Elle a par la suite été inculpée de « communication offensante » et de « cyber-harcèlement » du président en vertu de la loi de 2011 sur l'utilisation abusive de l'ordinateur.

Lorsqu'elle a comparu devant le tribunal, trois jours après son arrestation, Nyanzi était provocante. Selon un éminent militant LGBTQI + ayant assisté au procès, Nyanzi a déclaré au juge:

« Communication offensante ? Qui est offensé ? Combien de temps les Ougandais vont-ils se taire à cause de la peur... Je suis universitaire, poète et écrivain. J'utilise mon écriture métaphoriquement. J'ai qualifié le président d'impuissant, de violeur, d'une paire de fesses pathétique. Il a menti aux électeurs pour qu'il fournirait des serviettes [hygiéniques] et les Ougandais sont offusqué qu'il soit un homme aussi déshonorant. C'est nous qui sommes offensés, pas lui ».

Nyanzi a plaidé non coupable et s'est vu refuser la libération sous caution. Le juge l'a envoyée dans une prison à sécurité maximale où elle devrait passer les 33 prochains jours. En prison, les autorités ont tenté de contraindre Nyanzi (sans succès) à se soumettre à un examen psychiatrique. Parfois, elles lui ont également refusé l'accès à son avocat, à du matériel d'écriture et aux visites de ses enfants. Sa détention a fait les gros titres de la presse internationale et un hashtag - #FreeStellaNyanzi - a rapidement commencé à évoluer sur les médias sociaux en Ouganda et dans d'autres pays africains.

Lorsque Nyanzi a été libérée, elle souffrait de paludisme. Elle a déclaré que qu'elle et ses codétenus étaient privés de moustiquaires parce que les autorités pensaient qu'elles pourraient les utiliser pour se pendre. Son procès est toujours en cours.

Mais la dure expérience de la prison de Nyanzi n'a pas mis fin à son « impolitesse radicale ». Le 2 novembre 2018, elle a été arrêtée et inculpée (encore une fois) de « communication offensante » et de « cyber harcèlement » du président. Cette fois-ci, les accusations étaient fondées sur un poème qu'elle avait écrit et publié sur Facebook à l'occasion de l'anniversaire du président, dans lequel elle suggérait - à l'aide de descriptions graphiques fortes du canal de naissance de la mère de Museveni - que l'Ouganda aurait été mieux si le président était mort à la naissance.

Nyanzi a été jugé le 9 novembre et est actuellement en détention provisoire. La prochaine audience de son procès était programmée pour le 10 décembre 2018 et elle s'annonce riche en événements: après l'audience du 22 novembre, l'avocat de Nyanzi a annoncé à la presse qu'il espérait pouvoir interroger le président Museveni au titre de « premier témoin » aux infractions alléguées. Et, reprenant certaines des « impolitesses radicales » de son client, il a ajouté: « Nous allons nous préparer à contre-interroger le président sur toutes les questions concernant le vagin ».

Afrique

CAN Egypte 2019 - Nigeria-Tunisie ce mercredi pour la troisième place

Les Aigles de Carthage de la Tunisie affrontent les Super Eagles du Nigeria, ce mercredi 17 juillet, à 20 heures,… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: IFEX

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.