17 Décembre 2018

Cameroun: Publicité - Priorité au respect des normes

Engagement pris par le ministre de la Communication, président du Conseil national vendredi à Yaoundé, afin que cette activité lucrative ne profite pas qu'aux annonceurs.

Pour le ministre de la Communication, par ailleurs président du Conseil national de la publicité, les données doivent changer. La publicité est une activité lucrative, mais elle n'apporte pas grand-chose aux organes de presse. Et pour l'Etat également, le manque à gagner est considérable. Présidant le 14 décembre dernier à Yaoundé, les sessions ordinaire et extraordinaire de cette instance, Issa Tchiroma Bakary n'a pas manqué d'indiquer qu'il est temps que la tendance soit inversée. « C'est de la responsabilité du Conseil national de la Publicité. Nous devons nous organiser pour faire face à cette situation afin que tous nous ne travaillions pas pour le bien des annonceurs. Il est donc question pour nous de prendre conscience de toute la problématique de la publicité et de bien la cerner », a-t-il proposé.

L'un des défis à relever selon le Mincom est celui de l'implication de l'ensemble des acteurs du secteur, dans le fonctionnement du Conseil national de la Publicité, car les médias ne semblent pas encore avoir intégré l'obligation de contribution qui leur est imposée par la loi. C'est sans doute pour cette raison que le Mincom a suggéré que des propositions concrètes soient faites par l'ensemble des membres au sujet des violations récurrentes de certaines dispositions de la loi concernant notamment la signature des messages publicitaires, les entraves aux règles concurrentielles et au processus d'identification des panneaux publicitaires. Ceci parce que, en dépit des difficultés que rencontre le secteur, l'engouement des opérateurs pour l'accès à la profession est en progression. « Ceci appelle de la part de notre instance, une attention soutenue au moment de l'analyse des dossiers de demandes d'agrément aux différentes professions de la publicité », dira le ministre.

C'est ainsi que le respect des normes, des résolutions prises en 2017 et des modalités spécifiques au secteur étaient au cœur des assises. Car pour Issa Tchiroma Bakary, « il est question que cette profession prospère et parce qu'elle prospère, l'Etat doit prélèver ce qui lui revient de droit ». Regroupés en quatre commissions, les membres, issus de différentes administrations ont entre autres, réfléchi sur l'avant projet de décret lié à la réglementation relative à la promotion de la cigarette et des produits du tabac. Ils ont aussi étudié les dossiers de renouvellement des agréments aux professionnels de la publicité. Sans oublier que la validation du budget 2019 du Conseil national de la Publicité était aussi à l'ordre du jour.

Cameroun

Fake-news sur l'incendie des voitures devant l'ambassade de Côte d'Ivoire à Paris

"Des informations relatives à l'incendie des voitures devant l'ambassade de Côte d'ivoire en France sont… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.