17 Décembre 2018

Cameroun: Des séparatistes libérés témoignent

Photo: ALGERIE PRESSE SERVICE
Tribunal (archive)

Une centaine de séparatistes anglophones poursuivis par la justice devant le tribunal militaire de Yaoundé ont été libérés à l'issue d'une audience spéciale qui s'est tenue vendredi (14.12.18).

Tel un cadeau de Noël, personne n'a vu venir la décision du président Paul Biya. Même les spécialistes et autres analystes politiques les plus avertis ne pouvaient prévoir l'acte présidentiel, ordonnant l'abandon des poursuites judiciaires en faveur des séparatistes anglophones.

Deric fait partie des bénéficiaires de la décision présidentielle. Ils n'ont pas pu s'empêcher d'exprimer leur joie. "Je voudrais dire merci au chef de l'État. On ne pouvait pas imaginer qu'il nous accorde cette grâce. Pour cela, nous lui disons merci", a-t-il dit.

Franklin, ex-detenu aussi ne cache pas sa joie. "J'ai fait plus d'un an en prison. Je suis tellement fier, je remercie le président de la république", lance-t-il.

Emotion du côté des familles

C'est aussi la joie dans les familles qui se réjouissent de revoir leurs proches. Honorine fait partie des parents des détenus, pour elle, c'est un grand soulagement. "Merci Jésus, merci. Je dis merci au président de la république", se réjouit-elle.

Pour Gwendoline aussi, c'est une consolation. "Ça n'a pas été facile pour lui pendant qu'il était à la prison centrale de kondengui. Il y avait trop de procédure à remplir pour le voir, c'était vraiment stressant", témoigne-t-elle.

Ces ex-détenus ont été tous conduits dans leurs localités respectives sous haute escorte avant d'être présentés aux autorités locales.

Le gouverneur du nord-ouest, Adolphe Lele Lafrique, a exhorté les anciens prisonniers à être des artisans de la paix. "Que chacun de vous rentre dans sa communauté, demande aux autres de se faire enregistrer, afin de mener une campagne régional, avec vous, pour aller dans tous les villages, pour demander à nos frères et sœur de revenir à la vie normale", a indiqué le gouverneur.

Les principaux leaders de la cause séparatiste ambazonienne - qui ne sont nullement concernés par la décision présidentielle - restent emprisonnés à Yaoundé. Le procès de Sisiku Ayuk Tabe, président du "gouvernement de l'ambazonie" et neuf autres co-accusés, aura lieu le 10 janvier 2019, au Tribunal militaire de Yaoundé.

Cette libération saluée par plusieurs acteurs politiques et de la société civile du Cameroun, mais avec le sentiment dominant qu'elle ne permettra pas de mettre un terme conflit dans les régions anglophones. Pour Hans de Marie Heungoup, du centre d'analyse lnternational Crisis Group, "il est important qu'elle soit suivie de davantage de mesures de désescalade et soit adossée à un dialogue politique inclusif".

En savoir plus

Libération de prisonniers en zone anglophone - Du «saupoudrage» pour les ONG

Au Cameroun, le tribunal militaire de Yaoundé a confirmé, vendredi 14 décembre, la prochaine… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.