17 Décembre 2018

Sénégal: Vérification des parrainages - Les représentants de la société civile donnent des assurances

Dakar — Les sept personnalités de la société civile associées par le Conseil constitutionnel à la vérification des parrainages ont réitéré, lundi, à Dakar, leur engagement à mener "en toute indépendance, transparence et rigueur" leur mission d'observation du processus électoral, en perspective de l'élection présidentielle du 24 février prochain.

Outre le professeur de droit constitutionnel Babacar Guèye, le collège de personnalités indépendantes comprend Moundiaye Cissé, l'abbé Alphonse Seck, Abdoul Mazide Ndiaye, Valdiodio Ndiaye, Maimouna Isabelle Dieng et Rokhaya Gassama.

Sur l'initiative du Conseil constitutionnel, ces personnalités font partie du personnel chargé de la vérification des signatures des parrainages pour la présidentielle de février prochain.

Elles animaient une conférence de presse pour "lever certaines équivoques" portant notamment sur le mode de leur désignation et "le caractère bénévole de leur mission citoyenne".

Selon leur porte-parole, Moundiaye Cissé, les sept personnalités en question, cooptées en fonction de leur expérience dans l'observation et le monitoring des élections, sont investies d'une "mission ponctuelle" devant s'arrêter juste après la proclamation de la liste des candidats.

M. Cissé ajoute aussi que la mission qui leur est dévolue se veut "citoyenne et bénévole, non rémunérée", l'initiative du Conseil constitutionnel devant être considérée comme "un gage de transparence et de bonne foi quant à un contrôle juridictionnel neutre et indépendant".

Le professeur Babacar Guèye a rappelé le processus ayant donné naissance à cette plateforme de facilitation dont la mise en place a démarré le 25 septembre dernier.

Selon M. Guèye, ce processus a été marqué par "la participation de tous les organes impliqués dans l'organisation et l'arbitrage du scrutin, notamment les ministères de la Justice et de l'Intérieur, le Conseil national de régulation de l'audiovisuel et la Commission électorale nationale autonome".

Dans le but de cultiver "un climat de confiance" entre les acteurs et les emmener à se retrouver autour d'une table pour discuter des points de discorde concernant notamment le fichier électoral, "tous les partis de l'opposition ont été approchés", a-t-il assuré.

Les membres de ce collège comptaient saisir le camp de la majorité prochainement, a indiqué Babacar Guèye, jugeant prématuré à ce stade de donner tout jugement sur le travail de collecte des signatures et leur vérification.

Babacar Guèye dit cependant être rassuré par le dispositif mis en place après un test effectué sur un échantillon d'un millier de signatures, lundi 10 décembre.

Interpellé sur la Plateforme opérationnelle de sécurisation des élections (POSE) lancée le 13 décembre dernier par des partis membres de l'opposition, une initiative vue par certains comme un manque de confiance à leur égard, Babacar Guèye juge que c'est "une bonne chose de voir l'opposition s'organiser pour le contrôle du processus électoral."

"C'est une prérogative clairement stipulée dans la loi électorale du Sénégal, qui permet à l'opposition de jouer ce rôle de contrôle et de vérification", a précisé Valdiodio Ndiaye.

Les sept personnalités ont annoncé le lancement de la campagne "Sunu élection" (Notre élection), le 28 novembre, à la place du Souvenir, dans le but de relever "le défi" de la participation aux prochaines élections, en s'appuyant sur 3.000 relais qui seront déployés dans le territoire national.

Sénégal

Eventuel retour de Khalifa Sall et cie au parti socialiste

Les «rebelles» du Parti socialiste (Ps), à savoir Khalifa Sall et sa bande avaient été… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Agence de Presse Sénégalaise. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.