18 Décembre 2018

Tunisie: Sami Ben Yahia (Ancien médecin de l'ESS et Docteur en médecine physique) - «Une problématique complexe et multidimensionnelle»

La seconde catégorie de blessures, telles que les lésions musculaires, la pubalgie, la tendinite... ont des origines multiples et complexes.

A commencer par l'épineux problème de l'hygiène de vie chancelante de nos sportifs avec ses dérapages que l'on connaît : veillées nocturnes,mode alimentaire inadapté,une récupération approximative. D'ailleurs,c'est la raison pour laquelle nos joueurs ne réussissent pas ou rarement à l'étranger, plus précisément dans les championnats huppés où il y a une forte exigence en matière de discipline et d'investissement physique. Cela nous amène directement au deuxième facteur précipitant ces blessures intrinsèques musculaires,à savoir le mental de nos sportifs dont les pratiques sont en inadéquation avec les recommandations du monde professionnel.

A ce niveau,je peux vous renvoyer à l'exemple édifiant de l'ancien entraîneur néerlandais de l'Etoile, Piet Hamberg, qui voulait instaurer un mode de vie à l'européenne à ses joueurs de l'époque en les obligeant à passer toute la journée dans le centre du club (entraînement matinal,déjeuner en groupe, sieste,seconde séance d'entraînement l'après-midi) ; mais finalement les joueurs avaient tout fait pour capoter cette approche et avaient, de surcroît, obtenu gain de cause, puisque le technicien avait rendu le tablier !

Le 3e volet impactant cette problématique des blessures, c'est sans aucun doute la qualité de la préparation physique, un facteur grandement important et sensible. Et là, il va falloir évoquer le casting parfois incohérent de certains préparateurs qui sont là parfois suite non à leur compétence, mais plutôt à des connivences relationnelles ; sans pour autant nier que l'on dispose dans notre pays de véritables experts en la matière qui ont fait leurs preuves là où ils sont passés.

Pour finir avec l'inextricable et grandement contraignant problème des infrastructures et des terrains sur lesquels opèrent nos joueurs, qui sont la majorité dans un état piteux,un constat amer qui a été fort malheureusement derrière des blessures parfois désastreuses de certains de nos sportifs.

Toujours dans ce registre, je dois relever deux facteurs prépondérants, à savoir l'âge du joueur, puisque de toute évidence ceux qui ont dépassé la trentaine se blessent en général plus fréquemment, sans nier une certaine relativité liée toujours à cette incontournable notion d'hygiène de vie.

Sur un autre plan, il faut avouer que certains joueurs sont prédisposés aux blessures musculaires contrairement à d'autres qui n'ont jamais eu de bobos durant leur carrière. Ceux qui ont des muscles volumineux sont victimes de blessures à répétition. Par contre,les joueurs longilignes à la masse musculaire réduite se blessent rarement».

Tunisie

CAF LC - Wydad/Esperance, une histoire de champions

Tous les regards seront tournés ce week-end vers la capitale marocaine, lorsque le Wydad Athletic Club recevra… Plus »

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.