18 Décembre 2018

Cameroun: Yaoundé - Jean Baptiste Bokam agressé à son domicile par 06 hommes armés

L'ancien secrétaire d'Etat à la Gendarmerie (Sed) avons-nous appris de source introduite, a vu son domicile du quartier Minkan (route de l'aéroport de Yaoundé- Nsimalen ), cambriolé cette nuit du 17 au 18 décembre 2018, à 2 heures du matin.

Une arme de calibre 12 emportée, une somme de 250 mille francs Cfa arrachée, des objets de valeur pris, des sacs et des meubles vandalisés. Une voiture volée, puis abandonnée par les malfaiteurs, au quartier Nkolbisson à Yaoundé. Voilà à en croire nos informations, le préjudice financier et matériel subi par Jean Baptiste Bokam, l'ancien Sed, lorsque des braqueurs lourdement armés, ont escaladé la clôture de son domicile sis au quartier Minkan à Yaoundé, et ont failli le tuer.

"Le ministre (Jean Baptiste Bokam, Ndlr ) a sérieusement été battu par les assaillants. Ils l'ont battu avec des gourdins, ainsi que son épouse ", nous confie-t-on au téléphone.

Selon la même source, les braqueurs, six au total, sont arrivés, ligoté les deux vigiles de Dak Security qui occupent le poste de sécurité chez l'ancien Sed et ministre des Travaux publics, avant de défoncer les portes à l'aide des pinces monseigneur.

Au moment du braquage, nous apprend-on, Jean Baptiste Bokam se trouvait à la maison avec son épouse, ainsi que leur fils qui vit aux États-Unis.

Des bandits ont dépouillé le fils de l'ancien Sed, de tout son argent. " Les bandits n'ont trouvé que 250 mille francs à la maison. C'est auprès du fils du ministre qui vit aux États-Unis, qu'ils ont pu avoir près de 500 mille, parce qu'il avait changé quelques dollars en Cfa ", nous apprend un proche de l'ancien Sed que Camer.be a contacté au téléphone.

Et notre informateur de poursuivre :"Les braqueurs ont dit au ministre qu'ils voulaient les armes, surtout son pistolet automatique de service. Et le ministre a répondu qu'il ne l'a plus, qu'il l'avait passé à son successeur pendant la passation de service.

Furieux, ils ont menacé de tuer le ministre, et ce dernier les à suppliés de le laisser en vie, lui, son epouse et son fils.

En échange de leur clémence, il leur a dit de prendre tout ce qui leur plaît à la maison. C'est ainsi qu'ils ont saccagé plusieurs sacs au couteau, et emporté des objets de valeur ".

Camer.be a appris que , bien que sérieusement amoché par les sévices corporels dus à la bastonnade, les jours de Jean Baptiste Bokam ne sont pas en danger.

Cameroun

Assemblées annuelles de la BAD - La volonté d'intégration réaffirmée

Les travaux ouverts le 11 juin dernier à Malabo se sont achevés vendredi dernier sur une convergence de… Plus »

Copyright © 2018 Camer.be. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.