Tunisie: Un écosystème fragile en péril

19 Décembre 2018

L'association «Les Amis des Oiseaux» (M0/Bird-life en Tunisie) qui a lancé un cri d'alarme au sujet de la pollution de ce site est une organisation non gouvernementale nationale spécialisée dans l'étude, le suivi et la protection des populations d'oiseaux et de leurs habitats naturels en Tunisie, et ce, dans le contexte d'un développement durable au bénéfice des générations actuelles et futures. Son but vise à mettre en valeur et à préserver les écosystèmes.

Disparition de la richesse biologique

Alors que les transformations du Lac de Tunis et de la Sebkhet Ariana ont déjà fragilisé les conditions de vie de ces populations d'oiseaux, les aménagements envisagés sur la zone humide de Sebkhet Sejoumi pourraient être à l'origine de la disparition de cette richesse biologique de la zone du Grand Tunis. Ayant une importance écologique, culturelle et économique, le fait d'avancer dans le sens de l'étude et de détruire cette richesse, signifie transgresser les droits des générations futures.

La société civile lance, aujourd'hui, un cri de détresse à tous les ministères et administrations concernées sur les conséquences dramatiques que pourrait avoir la dégradation de l'écosystème pour les espèces qui trouvent refuge dans cette grande zone humide du Grand Tunis. Cette action urgente a pour objectif d'attirer l'attention des services chargés de l'environnement sur la situation désastreuse de Sebkhet Sejoumi qui nécessite et mérite un aménagement optimal et respectueux de ses spécificités écologiques, car son importance biologique et son potentiel socio-économique ne sont plus à démontrer.

Pour un bon nombre des problèmes de cette zone, des solutions existent déjà : à savoir assurer une meilleure gestion des eaux usées, valoriser les déchets solides, mettre à profit la zone humide comme haut lieu d'éducation environnementale et de l'éco-tourisme en milieu urbain, etc.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Presse

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.