20 Décembre 2018

Maroc: Mutandis fait son entrée en Bourse

Le groupe industriel et commercial devient la 76ème société cotée à la Bourse de Casablanca et la 7ème dans le secteur "Agroalimentaire et production"

Mutandis a effectué mardi 18 son introduction à la Bourse de Casablanca. 10 ans après sa création en mars 2008, le groupe fondé par Adil Douiri devient ainsi la 76ème société cotée à la Bourse de Casablanca et la 7ème dans le secteur «Agroalimentaire et production ».

Au prix unitaire de 180 DH par action, l'introduction de Mutandis a permis l'attribution de 2.222.223 actions par le biais de la cession de 1.029.537 actions et l'augmentation de son capital social via l'émission de 1.192.686 actions.

Après une période de souscription allant du 3 au 7 décembre, il est apparu que 3.281 personnes de 15 nationalités ont pris part aux souscriptions, alors que le nombre d'actions demandées était de 5.556579, soit un montant global de 1 milliard de DH.

Souhaitant la bienvenue à la société nouvellement cotée, Karim Hajji, le directeur général de la Bourse de Casablanca, a déclaré qu'il est « ravi de sonner la cloche en ce mois de décembre » tout en indiquant qu'il s'agit de « la deuxième introduction en Bourse que nous allons accueillir en 2018 ». Soit, près de 7 mois après celle qui avait vu l'entrée en Bourse de la société Immorente.

« Je souhaite la bienvenue à la société Mutandis qui opère dans les produits de grande consommation dans quatre lignes de métiers différents, emploie plus de 3000 personnes et réalise un chiffre d'affaires consolidé de 1,5 milliard de DH », a-t-il rappelé lors d'une rencontre tenue mardi au siège de la Bourse.

En sa qualité de gérant associé de Mutandis, Adil Douiri a d'emblée salué le travail fourni par les équipes de l'Autorité des marchés financiers pour la réussite de cette opération, estimant que l'année 2018 a été un peu particulière pour la Bourse du fait que les deux introductions de l'année : Immorente (qui était pratiquement le premier organisme de placement collectif en immobilier à s'introduire en Bourse) et Mutandis étaient des dossiers nouveaux pour l'Autorité.

En effet, « en absence de plan comptable spécifique, elles ont fait un excellent travail pour trouver des réponses à toutes les problématiques nouvelles qui se sont posées au fil du traitement de ce dossier », a-t-il reconnu rappelant que Mutandis est la première société en commandite par action à s'introduire en Bourse.

L'introduction du Mutandis « était une innovation dans la mesure où le canal digital a été fortement employé », a-t-il poursuivi relevant que la communication a apporté d'excellents résultats « puisque nous avons réussi par le digital à toucher 3200 petits porteurs.»

Commentant l'adhésion du public au projet, il a estimé qu'elle a été facilitée par le fait que Mutandis fabrique des produits du quotidien. « Les gens se reconnaissent dans ces produits qu'ils voient tous les jours chez l'épicier et au supermarché ».

L'introduction du Mutandis vise à « financer régulièrement les investissements de croissance identifiés au Maroc et à l'étranger ; offrir à ses actionnaires une liquidité de l'ensemble ou d'une partie de leurs participations dans le capital et accroître sa notoriété auprès de la communauté financière et du grand public en développant une identité forte et cohérente », a souligné le groupe.

A travers cette introduction, le groupe vise aussi à consolider l'institutionnalisation de son tour de table, ouvrant l'actionnariat au grand public et aux investisseurs institutionnels ; poursuivre et renforcer la logique de transparence et de performance dans laquelle elle s'inscrit, se soumettant au jugement du marché ainsi que la facilité de son recours à des financements externes grâce à un accès direct aux marchés financiers, a-t-il affirmé.

Trois questions à Adil Douiri, associé gérant "Mutandis a été prévue pour la Bourse"

Mutandis étant maintenant cotée, quels sont les objectifs qui vous paraîssent prioritaires ?

Le plus important pour nous, c'est le développement par la construction de nouvelles usines. Nous allons ajouter des gammes de produits que nous ne fabriquons pas aujourd'hui. Pour cela, nous avons besoin d'installations industrielles. D'autant plus que notre métier concerne l'industrie, le marketing et le développement des marques marocaines.

Donc, les priorités sont l'élargissement de nos catégories de produits d'hygiène et agroalimentaire, entre autres. Nous visons environ quatre usines sur les trois prochaines années.

L'introduction en Bourse aurait pu se faire plus tôt ou plus tard. Qu'est-ce qui a motivé ce projet?

Mutandis a été prévue pour l'introduction en Bourse. Le projet Mutandis s'appuie sur un actionnariat très large qui n'appartient pas à une seule personne puisque, même avant la Bourse, nous avions déjà 60 actionnaires : des petits porteurs et des institutionnels. Nous vivions comme si nous étions déjà cotés en Bourse. Donc, pour nous, ça ne change pas grand-chose à notre organisation. Au lieu de gérer 60 actionnaires, on va gérer 3000 ou 3500, ce qui a toujours été prévu.

Nous l'avons fait cette année à l'occasion de notre dixième anniversaire, parce que c'était un moment opportun, mais on aurait pu le faire avant. Toutes les conditions étaient réunies aux niveaux juridique et financier.

Quel commentaire l'accueil des petits porteurs vous suggère-t-il ?

C'est un bel accueil. Parce que 3200 petits porteurs, c'est plus que les quatre dernières introductions en Bourse, si l'on exclut les privatisations des entreprises d'Etat qui, elles, ont des tailles différentes.

Si vous prenez Total Maroc, AFMA, Immorente et nous, de ces quatre introductions en Bourse, Mutandis est celle qui a collecté le plus de petits porteurs. On est donc très fier de leur adhésion et de leur soutien. A nous maintenant de gagner leur confiance et leur fidélité en leur distribuant de bons dividendes chaque année.

Maroc

Les pays peuvent accroître les recettes publiques de 12 à 20 % du PIB, selon la CEA

La Commission Économique pour l'Afrique (CEA) soutient que les pays africains peuvent accroître les… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Libération. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.