Congo-Kinshasa: Elections- Le GEC dénonce un contexte dominé par la coalition au pouvoir

Siège de la CENI à Kinshassa

Le GEC, le Groupe d'étude sur le Congo, qui dépend de l'Université de New York, publie, le troisième volet d'une série de rapports intitulés « RDC : les élections de tous les dangers».

Ce troisième volet consacré au processus électoral porte sur la crédibilité des scrutins : cadre politico-administratif, espace politique, observation électorale. Les conditions sont-elles remplies ? Les experts dénoncent un contexte dominé par la coalition au pouvoir.

Premières constatations : l'espace politique congolais est dominé par la coalition au pouvoir. L'instrumentalisation des forces de sécurité pour empêcher les candidats de l'opposition de manifester à plusieurs reprises pendant la campagne, allant même jusqu'à tirer sur les manifestants, en est un exemple. Mais pas seulement.

L'exclusion aussi de la course à la présidentielle de plusieurs ténors de l'opposition, la différence de protection accordée par l'Etat au candidat du pouvoir et à ceux de l'opposition ou encore le fait que les médias d'Etat couvrent presque exclusivement la campagne du candidat de Joseph Kabila. Tout cela révèle un déséquilibre flagrant entre le candidat du pouvoir et les autres, estiment les auteurs du rapport.

Utilisation des ressources de l'Etat

Autre exemple : Les 15 premiers jours de campagne, près d'un meeting sur deux du candidat soutenu par le pouvoir a connu la participation du personnel de l'Etat. Et 23,91% de ces rassemblements électoraux ont utilisé des ressources de l'Etat, notent les auteurs de ce rapport.

Autre point noir, le nombre limité d'observateurs internationaux accrédités. Seules trois missions par rapport aux sept missions d'observation internationales présentes en 2006.

Les observateurs de l'Union africaine de la SADC et de la CEEAC, tous ceux qui étaient moins critiques que leurs homologues européens lors des précédents scrutins.

Autant d'éléments qui entachent la crédibilité des élections congolaise selon les experts qui craignent que la République démocratique du Congo ne rate ce rendez-vous avec une transition démocratique apaisée.

La Cenco annonce le déploiement de 40 000 observateurs

La Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) se prépare à observer les élections prévues le 23 décembre en RDC.

Un dernier groupe d'observateurs termine la dernière étape de sa formation. En l'absence d'observateurs des pays européens, c'est notamment sur ceux de l'Eglise catholique que les yeux sont braqués.

Dans cette salle, environ 50 agents affectés aux Call centers mis en place par Commission épiscopale justice et paix (CEJP) de la Conférence épiscopale nationale du Congo suivent l'une des dernières étapes de la formation.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.