Algérie: Renforcer la sécurisation des infrastructures énergétiques et rationaliser les dépenses

Alger — Le groupe Sonelgaz aspire à une prise en charge "effective" et "efficiente" de la sureté interne de ses établissements (SIE) tout en rationalisant des moyens mis en oeuvre à cet effet au niveau de chaque établissement, a indiqué mercredi à Alger le P-dg du groupe public, ohamed Arkab.

" L'optimisation et la rationalisation des moyens devraient se concrétiser sur le terrain par une utilisation parcimonieuse et rigoureuse des moyens techniques et humains qui sont indispensables pour la sécurisation des établissements en veillant à la juste mesure tout en ayant à l'esprit la situation financière des entreprises économiques publiques", a déclaré M. Arkab lors d'une journée d'étude régionale sur la SIE.

Cette journée a vu la présence notamment du wali d'Alger, Abdelkader Zoukh, des représentants de la gendarmerie nationale et du ministère de l'Energie, ainsi que des responsables de la SIE des filiales de sonelgaz (Alger, Tipaza, Boumerdes, Bouira et Tizi Ouzou).

Dans son discours présenté à l'ouverture des travaux de cette rencontre, organisée sous le thème la SIE : "Nécessité de la coordination des efforts pour une mise en £uvre rationnelle", le premier responsable de Sonelgaz a appelé à une concertation et une coordination entre tous les acteurs concernés par ce volet pour formuler des recommandations pratiques afin d'enrichir la prise en charge de la SIE conformément aux dispositions réglementaires en vigueur.

M.Arkab a estimé dans ce sens que ces dispositions réglementaires nécessitent probablement une mise à jour et un enrichissement à la lumière de la bonne situation sécuritaire du pays, tout en y introduisant l'utilisation optimale des nouvelles technologies dans la sécurisation et la surveillance des infrastructures.

Il a insisté sur l'intérêt de telles reconcentres qui permettent à tous les acteurs institutionnels de la fonction sûreté interne des établissements ainsi qu'à ceux chargés de cette même fonction au sein des sociétés du groupe Sonelgaz d'échanger leurs avis et de discuter des difficultés pouvant survenir lors de la mise en oeuvre des dispositions légales et des mesures réglementaires régissant la SIE.

Interrogé par la presse, en marge des travaux de cette journée, sur la stratégie de son groupe concernant la SIE, M. Arkab a assuré que Sonelgaz a toujours fait de ce volet, au sein de toutes ses sociétés, une fonction organique et permanente inscrite dans l'organisation et le fonctionnement de l'établissement au même titre que les autres fonctions. '

"Le défi pour nous actuellement, c'est de préserver et sécuriser les infrastructures énergétiques ainsi que les biens et les personnes, en introduisant les nouvelles technologies pour perfectionner son système de sureté, en veillant toutefois à la rationalisation des dépenses ", a-t-il résumé.

Concernant le pillage des câbles et le branchement illicite qui risquent de peser sur la situation financière de l'entreprise, le P-dg de Sonelgaz a répondu que son groupe a constitué des brigades d'énergie pour contrôler les réseaux et intervenir rapidement en cas de vol ou d'infractions.

Il a toutefois affirmé que le nombre des branchements illicites a diminué avec les opérations de relogement des habitants des bidonvilles et des habitats précaires qui constituaient pour Sonelgaz "une source de fraude".

" Actuellement, le nombre des infractions liées au branchement illicite avoisine les 4.000", a-t-il avancé.

A une question sur une éventuelle augmentation des tarifs de l'électricité, le premier responsable de Sonelgaz a affirmé que cela ne relève pas de ses prérogatives et que seule la Commission de régulation de l'électricité (Creg) est habilitée à faire une telle proposition.

" En tant que Pdg du groupe Sonalgaz, j'ai simplement déclaré que la production et la distribution de l'électricité est onéreuse", a-t-il expliqué, estimant par ailleurs que "la solution ne réside pas uniquement dans l'augmentation des tarifs".

Lire aussi: Le groupe Sonelgaz œuvre à s'ouvrir davantage sur l'innovation et l'investissement

"Outre la révision des tarifs, il y a lieu de réviser la gestion de l'entreprise pour rationaliser ses dépenses depuis la production jusqu'à la distribution", a-t-il souligné.

A propos des investissements du groupe en Afrique, M. Arkab a évoqué les contrats liant son groupe aux pays voisins notamment la Tunisie et le Maroc pour les approvisionner en électricité.

En outre, le groupe ambitionne d'étendre ses opérations commerciales à d'autres pays africains à des prix "étudiés".

"Sonelgaz est parvenue à produire ses propres équipements au niveau local ce qu'il lui permet de proposer aux pays du Continent des solutions globales tels le transport de l'électricité à travers les câbles à haute tension avec des moyens algériens", s'est-il félicité, en citant entre autres l'usine de production des turbines d'énergie électrique de Batna qui devrait entrer en production en 2019.

A ce propos, il a annoncé des négociations avec des partenaires africains devraient permettre à Sonelgaz la réalisation de réseau électrique dans certains de ces pays avant 2020.

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.