20 Décembre 2018

Togo: Législatives togolaises - Jour de vote sans l'opposition

Photo: © RFI/O.Rogez
Opérations de vote dans un lycée de Lomé, Togo, le 25 juillet 2013. (Image d'archive)

Au Togo, c'est jour de vote pour les élections législatives. Plus de trois millions d'électeurs sont appelés aux urnes pour élire 91 députés. Un scrutin sans enjeux puisque la coalition des 14 partis d'opposition a décidé de le boycotter.

Depuis un an, le pays est plongé dans une crise politique, des dizaines de manifestations ont été organisées pour réclamer le départ du président Faure Gnassingbé.

Les bureaux de vote ont ouvert comme prévu ce jeudi et il n'y a pas foule. Dans une école primaire publique d'un quartier du sud de Lomé, il y a huit bureaux de vote dispatchés dans les différentes salles de classe et très peu d'affluence. Il y a même parfois plus de membres de la Commission électorale et d'observateurs que d'électeurs.

Selon la directrice d'un de ces bureaux, une vingtaine de personnes ont voté depuis ce matin 7 heures, heure locale sur 465 inscrits. Même constat dans un centre de vote du quartier de Nyékonakpoé. Après une heure d'ouverture des bureaux, moins de 30 personnes avaient glissé un bulletin dans l'urne.

Le taux de participation, c'est bien sûr l'une des grandes inconnues de ce scrutin puisque la coalition des 14 partis d'opposition, la C14 qui détenait jusque-là 25 sièges sur 91 à l'Assemblée nationale, soit un quart, ne prend pas part au scrutin.

En début de mois, la coalition avait appelé les populations à manifester, mais les marches ont été endeuillées par la mort de quatre personnes, les 8 et 9 décembre.

Depuis la tension est palpable à Lomé où la coalition a beaucoup de sympathisants. Ce jeudi, les rues de Lomé sont quasi désertes.

Ce jour a d'ailleurs été déclaré férié par les autorités. Les boutiques sont donc fermées, quelques rares motos-taxis circulent sous l'œil des policiers, gendarmes et militaires déployés un peu partout dans le centre de la ville.

Peu d'engouement à Sokodé, bastion de l'opposition

Pas de foule non plus à Sokodé, la deuxième ville du pays, où de petits dysfonctionnements sont signalés. A l'école primaire publique de Didaouré, ils n'ont affiché la liste électorale que ce jeudi matin.

Selon les scrutateurs, c'est juste pour éviter que les listes soient déchirées. A 7h, heure d'ouverture des bureaux de vote, tout était en place, les bureaux ont normalement ouvert, mais il n'y avait pas un seul électeur dans ce centre.

Autre léger couac dans une autre l'école primaire publique de Sokodé. Les bureaux ont également ouvert à l'heure. Quelques électeurs ont commencé par voter, mais là aussi il y a un petit problème: les listes ne sont pas affichées par ordre alphabétique, ce qui a créé un petit cafouillage en début de journée.

L'ambiance est la même qu'à Lomé. La ville de Sokodé est calme, la circulation est quasi nulle. En cette matinée, seules les forces de l'ordre sont visibles partout, déployées aux carrefours. D'autres patrouillent à bord de véhicules.

En savoir plus

Ouverture des bureaux de vote

Les 8.498 bureaux de vote ont ouvert jeudi à 7h sur toute l'étendue du territoire pour des… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.