Algérie: Diffuser la culture de la concurrence pour une meilleure performance des entreprises

Tlemcen — Des membres du conseil de la concurrence ont mis l'accent, jeudi lors d'une journée d'étude organisée à Tlemcen, sur l'importance de la diffusion de la culture de la concurrence en Algérie qui reste insuffisamment ancrée dans le pays.

Cette journée, qui s'inscrit dans la stratégie de communication adoptée par le conseil depuis sa réactivation en 2013, vise à diffuser la culture de la concurrence et à sensibiliser les pouvoirs publics, les entreprises, les syndicats, les universitaires et autres organisations professionnelles sur "les effets positifs d'une concurrence loyale et d'un marché régulé sur la performance et la compétitivité des entreprises, aussi bien au niveau interne qu'international", a indiqué Mohamed Medjahed, membre permanent de ce conseil.

"A cet égard, notre pays en transition économique (de l'économie administrée à l'économie de marché), nous veillons à la diffusion de la culture de la concurrence par l'organisation de journées d'études outre le programme de conformité de la concurrence entamé depuis 2015 dans le but d'amener les entreprises à respecter volontairement les règles de la concurrence", a-t-il encore souligné.

Lire aussi: Le Conseil de la concurrence appelle à la révision de l'ordonnance sur la concurrence

Initiée par la chambre de commerce et de l'industrie de Tlemcen et la direction du commerce, cette rencontre à laquelle ont prit part des représentants de diverses administrations locales, des universitaires outre des opérateurs économiques s'inscrit dans le cadre du programme de communication et plaidoyer pour la concurrence initiée par le conseil de la concurrence depuis sa réactivation en 2013, a ajouté M. Medjahed.

Dans une communication intitulée "rôles et missions du conseil de la concurrence", le même responsable a indiqué que le conseil a trois types de missions dont celles de sanctionner les pratiques restrictives à la concurrence et trancher sur les litiges en la matière, de contrôler les concentrations économiques et enfin une mission consultative par laquelle il donne son avis sur toute question concernant la concurrence et tout projet de texte législatif ou règlementaire touchant à la concurrence.

De son côté, Amiche Meriem également membre permanente de ce conseil a expliqué en détail les modalités de saisir le conseil de la concurrence par une requête écrite adressée au président ainsi que toutes les procédures qui suivent cette démarche.

Pour sa part, Korougli Abdelaziz, membre permanent du même conseil a situé les objectifs du programme de conformité avec les règles de la concurrence entamé depuis 2015 dont celui principal d'amener les entreprises à respecter volontairement les règles de la concurrence. Ce projet a été diffusé à plus de 70 entreprises publiques et privées d'envergure nationale représentant tous les secteurs d'activité et a été validé en avril 2018 par le programme d'appui à la mise en œuvre de l'accord d'association entre l'Algérie et l'Union européenne.

Ce programme vise à élaborer un programme de conformité aux lois, règles et règlements, à mettre en place les procédures complémentaires et à instaurer une véritable culture du respect des règles de la concurrence, en plus de la prévention contre les risques d'infraction et la dotation en moyens pour détecter et traiter les infractions.

Les présents à cette journée ont soulevé de nombreuses questions relatives aux missions de ce conseil et aux divers domaines de son intervention pour mieux comprendre son fonctionnement et les lois qui le régissent.

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.