Seychelles: Pas de langoustes des Seychelles, cette année en raison du braconnage et de la diminution de la population

La saison de la langouste restera fermée pour 2018/2019 en raison de la diminution dans le nombre, en partie à cause du braconnage illégal de cette spécialité de fruits de mer recherchée.

La clôture de la saison pour une deuxième année consécutive est considérée comme une mesure nécessaire par le ministère des Pêches et de l'Agriculture et par l'autorité des pêches des Seychelles (SFA) afin de permettre au stock de langouste de rebondir.

«Le braconnage est une question qui nous préoccupe de plus en plus car il devient plus important. On peut même voir des gens postant des langoustes à la vente sur les médias sociaux», a déclaré jeudi à la SNA Rodney Govinden, scientifique en charge des pêches à l'Autorité de la pêche.

Un individu surpris en train de pêcher illégalement du homard en période de fermeture sera passible de poursuites ainsi que d'une amende pouvant aller jusqu'à 735 dollars (10 000 SCR). Il est également illégal de vendre, d'acheter et d'être en possession de langouste locaux.

«Les membres du public sont encouragés à signaler toute activité illégale en contactant la SFA», a déclaré M. Govinden.

Pour promouvoir la conformité, la SFA organisera une campagne de sensibilisation afin d'informer le public sur les réglementations régissant la pêche de la langouste. Les gens seront éduqués à travers différents spots qui seront diffusés à la télévision. La section Contrôle, surveillance et monitoring effectuera également des patrouilles régulières afin de dissuader de telles activités illégales.

Lorsque la saison est ouverte, la pêche de la langouste est pratiquée de manière contrôlée, le nombre de licences délivrées étant plafonné à 20. Celles-ci sont attribuées aux pêcheurs selon le principe du premier arrivé, premier servi et la saison de pêche dure seulement trois mois - décembre, janvier et février.

La saison de pêche de la langouste était ouverte pour la dernière fois en 2016/2017.

Comme à l'accoutumée, une enquête indépendante de la pêche a été réalisée. Au total, 20 sites ont été surveillés. Les résultats de l'enquête ont montré qu'il y avait une baisse de l'abondance et de la taille de la , langouste ce qui a amené l'autorité compétente à laisser fermer la saison de pêche pour 2017/2018.

Ces résultats ont été présentés aux autorités compétentes et aux pêcheurs de homard au mois de janvier. Cela a permis de discuter de questions relatives au respect de la réglementation et à la gestion de la pêche. L'un des problèmes était la présence d'individus sous-dimensionnés dans les captures et la manière de les résoudre.

En octobre 2018, l'enquête annuelle sur la langouste a été réalisée pour évaluer le rétablissement du stock.

Un communiqué de presse publié par le ministère de la Pêche indique que "les résultats de l'enquête montrent que la langouste a diminué."

Ce déclin est attribué à une réduction de l'abondance de homards juvéniles, ce qui est une source de préoccupation pour la durabilité à long terme de la ressource. Des signes encourageants de rétablissement ont été observés par une augmentation de l'abondance et de la biomasse des grandes langoustes.

Les autorités des pêches continueront de surveiller l'état de la ressource grâce à ses enquêtes participatives dans le cadre du programme de surveillance de la langouste. Cela garantira la durabilité du stock, permettant aux habitants et aux visiteurs de déguster la langouste locale frais pour les générations futures.

La prochaine enquête aura lieu en octobre 2019, après quoi des décisions seront prises quant à la réouverture de la saison pour 2019/2020.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.