21 Décembre 2018

Afrique: Des sites en Iran, au Maroc et en Espagne reconnus importants pour le patrimoine agricole mondial

communiqué de presse

Rome — Le réseau du patrimoine agricole mondial de la FAO comprend désormais 57 paysages uniques

Un système traditionnel de culture du safran en Iran, un système agro-pastoral à base d'argan au Maroc et un ancien système d'oliviers en Espagne sont aujourd'hui reconnus par la FAO comme ayant une importance primordiale pour le patrimoine agricole mondial (Globally Important Agricultural Heritage Systems (GIAHS).

Ces sites offrent des modes uniques de production d'aliments nutritifs et / ou d'épices en utilisant les connaissances et les compétences traditionnelles tout en améliorant les moyens de subsistance des populations locales et en préservant la biodiversité.

Les sites en question ont été désignés par le groupe de conseil scientifique GIAHS sur la base de critères de sélection comprenant notamment: l'importance mondiale, la valeur en tant que bien public en termes de sécurité alimentaire et de moyens de subsistance, l'agro-biodiversité, les systèmes de connaissances, les technologies adaptées, les cultures et le caractère remarquable des paysages.

C'est la troisième fois que des sites en Iran et en Espagne sont ajoutés à la liste des systèmes du patrimoine agricole mondial, et la deuxième fois pour le Maroc. Le réseau du patrimoine agricole mondial de la FAO comprend désormais 57 paysages remarquables répartis dans 21 pays du monde.

Système de production de safran basé sur l'irrigation « Qanat » à Gonabad, en Iran

Le système de production de safran est situé sur le plateau central de l'Iran, caractérisé par un climat aride et semi-aride. Les graves pénuries d'eau dans la région constituent des menaces majeures pour la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance des communautés locales. Cependant, l'utilisation appropriée des ressources en eau fournies par le système d'irrigation « Qanat » (ou aqueduc) et la production de produits à haute valeur ajoutée, dont le safran, ont été une aubaine pour améliorer les moyens de subsistance des agriculteurs et des résidents de la région.

Le safran ne nécessite pas beaucoup d'eau comparé aux céréales, ce qui a permis d'allouer davantage de surfaces à la culture de cette précieuse culture qui est une source de revenus majeure pour de nombreux ménages d'agriculteurs. Aujourd'hui, le safran joue un rôle clé dans la création d'emplois, la réduction de l'émigration, la création de moyens de subsistance durables, l'amélioration de l'efficacité de l'utilisation de l'eau et de la productivité, ainsi que le développement du tourisme écologique dans la région.

L'ancien système agricole des oliviers de « Territorio Sénia » en Espagne

« Territorio Sénia » est situé au point de rencontre des régions de Valence, Catalogne et Aragon. Ce territoire comprend 27 municipalités qui sont liées par leur géographie, leur histoire, leur langue et leur culture et qui possèdent la plus forte concentration d'oliviers centenaires au monde.

Les quelque 5 000 oliviers anciens de ce territoire en font un lieu unique offrant aux communautés locales de nombreuses possibilités de développement rural, notamment la récupération d'oliviers anciens abandonnés et leur utilisation pour la production. Ce lieu permet également une coopération accrue entre les secteurs économiques grâce à la production d'huile d'olive, les visites touristiques et bien d'autres activités. La production annuelle moyenne d'huile d'olive dans la région est estimée à plus de 12 000 tonnes.

Les différentes activités génératrices de revenus ont considérablement contribué à améliorer les conditions de vie de la population locale. A signaler aussi qu'il existe différentes variétés d'oliviers dans chaque ferme afin d'améliorer la pollinisation des fleurs et les futures variétés d'olives, contribuant ainsi à la biodiversité.

Système agropastoral à base d'arganier dans la région d'Ait Souab-Ait Mansour, au Maroc

Le système agro-forestier-pastoral d'Ait Souab-Ait Mansour est une région unique où les arganiers sont cultivés depuis des siècles. Ce système est basé sur des pratiques d'agroforesterie dans des terrasses en pierre sèche qui sont très résistantes aux environnements arides, à la rareté de l'eau et aux sols pauvres. Il utilise uniquement des espèces et des activités pastorales adaptées aux conditions locales et s'appuie sur une gestion traditionnelle de l'eau assurée par la « Matifiya » (un réservoir d'eau de pluie creusé à même la roche).

Les communautés autochtones Amazighes ainsi que les communautés d'origine arabe ont développé une culture et une identité spécifiques partageant leurs connaissances et leurs compétences traditionnelles. Bien que les agriculteurs tirent la plus grande partie de leurs revenus de la culture de l'arganier, le système intégré leur fournit également d'autres denrées alimentaires et du matériel, notamment des cultures de base, des céréales, du bois de chauffage, de la viande et de la laine.

Maroc

Démission collective de plus de 300 médecins au Maroc

Dans une lettre conjointe envoyée au ministère, 305 médecins exerçant dans des… Plus »

Copyright © 2018 Food and Agriculture Organization of the United Nations. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.