Afrique: Le conseil d'administration achève la troisième revue de l'accord en faveur du Tchad au titre de la facilité élargie de crédit et approuve un décaissement de 48,6 millions de dollars

document

Le 21 décembre 2018, le conseil d'administration du Fonds monétaire international (FMI) achevé la troisième revue du programme économique et financier du Tchad qui est appuyé par un accord au titre de la facilité élargie de crédit (FEC). L'achèvement de la revue permet de décaisser 35,05 millions de DTS (environ 48,6 millions de dollars), ce qui porte le total des décaissements au titre de l'accord à 140,2 millions de DTS (environ 194,5 millions de dollars).

Le conseil d'administration a approuvé aussi la demande présentée par les autorités d'une dérogation pour inobservation du critère de réalisation continu relatif à l'accumulation de nouveaux arriérés de paiements extérieurs par l'État et les entreprises publiques non financières

L'accord FEC en faveur du Tchad a été approuvé par le conseil d'administration le 30 juin 2017 (voir communiqué de presse n° 17/257) pour un montant de 224,32 millions de DTS (environ 312,1 millions de dollars, ou 160 % de la quote-part du pays). Le programme appuyé par la FEC vise à aider le Tchad à rétablir la stabilité macroéconomique, à jeter les bases d'une croissance vigoureuse et inclusive, et à contribuer à l'effort régional qui est déployé pour rétablir et préserver la stabilité extérieure de la Communauté économique et monétaire d'Afrique centrale (CEMAC).

À l'issue des débats du conseil d'administration, M. Tao Zhang, directeur général adjoint président par intérim, a prononcé la déclaration ci-après :

« Les résultats obtenus dans le cadre du programme appuyé par la FEC sont satisfaisants, grâce à la solide volonté affichée par les autorités. La mise en œuvre résolue du programme des autorités contribuera à consolider la stabilité macroéconomique et à favoriser une croissance diversifiée et inclusive. Le programme de réformes structurelles se poursuit, en dépit de certains retards.

« Les autorités sont déterminées à continuer de stabiliser la position budgétaire, de dynamiser la croissance hors pétrole et de réduire la vulnérabilité du secteur bancaire. À cet égard, il s'agit principalement de maîtriser la masse salariale, ainsi que d'améliorer la mobilisation des recettes intérieures et la gestion des finances publiques. Cela contribuerait à créer un espace suffisant pour accroître les dépenses sociales et l'investissement public, et pour réduire la dette et les arriérés intérieurs. Il sera essentiel aussi de renforcer la législation relative à la lutte contre la corruption et de s'attaquer aux faiblesses de certaines banques intérieures.

« Le programme du Tchad continue d'être appuyé par la mise en œuvre de politiques et de réformes d'accompagnement par les institutions régionales dans les domaines de la réglementation des changes et du cadre de la politique monétaire, et de contribuer à une augmentation des avoirs extérieurs nets régionaux, ce qui est essentiel pour le succès du programme. »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Banques et Assurances

Plus de: IMF

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.