Madagascar: Appel au calme pour faire baisser la tension

Vue sur le Lac Anosy en juillet 2009, au centre de la ville d'Antananarivo, capitale de Madagascar.

Le dépouillement des derniers PV parvenus à la CENI n'a pas changé les chiffres de ces derniers jours. Ils tournent autour de 55,60% pour Andry Rajoelina et 44, 40% pour Marc Ravalomanana. La proclamation des résultats provisoires, si rien n'a changé, aura lieu ce jour.

Mais l'équipe du candidat n°25 continue la confrontation des PV pour montrer les anomalies de ce deuxième tour, pour dénoncer les irrégularités qu'ils disent avoir constatées. La détermination dont ces derniers font preuve laisse planer un certain malaise.

Tout le monde a convenu que le processus électoral sera respecté et que la HCC est la seule habilitée à proclamer les résultats définitifs. Les requêtes vont donc être examinées comme il se doit et si fraudes il y a eu, des corrections seront apportées.

Appel au calme pour faire baisser la tension

Les partisans de Marc Ravalomanana ne décolèrent pas et continuent d'affirmer que leur candidat a été floué. L'équipe qui se trouve au siège du CENI continue son travail de confrontation de PV, et soutient qu'il a découvert de nombreuses anomalies. Mais elle ne communique pas au public de véritables preuves de ces manipulations.

C'est sur facebook que l'on voit des exemples de ces malversations. Les appels à ne pas accepter les résultats se multiplient et le candidat n°25 en personne a demandé à la CENI de surseoir à la proclamation des résultats provisoires et de laisser les confrontations de PV se faire. Les membres de l'organisation répliquent que c'est un véritable recomptage des voix qui est réclamé et que cela n'est pas possible.

Ce refus amène les partisans du candidat n°25 à protester énergiquement. Ces derniers préparent une grande manifestation ce samedi 29 décembre. Voilà où l'on en est pur pour le moment. La population est dans l'expectative.

Elle a vécu les mois de manifestations du mouvement des députés pour le changement qui a abouti à la tenue de cette élection présidentielle.

Elle perçoit que cette dernière ne s'est pas passée dans les meilleures conditions, mais seule la légalité doit primer. D'autres échéances vont avoir lieu et vont permettre d'exprimer un choix qui n'a pas été retenu.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.