27 Décembre 2018

Sénégal: Lutte contre les violences faites aux femmes - L'orchestre «Jigeen Ni» s'implique

Photo: @UNFPA_WCARO
#MutilationsGénitalesFéminines (MGF), car si l’on n’accélère pas les efforts dans la lutte contre cette violation des droits humains, 68 millions de filles seront excisées d’ici à 2030.

L'orchestre «Jigeen Ni» s'est mis dans la lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles. Il a, en effet, lancé une campagne de sensibilisation pour l'abandon de l'excision mais aussi des violences basées sur le genre surtout dans le milieu de la musique. La cérémonie s'est déroulée à la Médina, au rythme de musique et des débats sur la sensibilisation.

Elles font partie des Sénégalais qui veulent pérenniser l'image de la musique sénégalaise. L'orchestre «Jigeen Ni», composée essentiellement de femmes, a décidé de s'impliquer dans la lutte contre l'excision et les violences faites aux femmes.

Ces violences qui sont physiques, économiques, morales et bien d'autres, ont aussi des conséquences négatives sur la femme.

Pour mettre fin à ce fléau, l'orchestre Jigeen Ni a lancé une campagne de sensibilisation sur ces violences à la Médina, dans une ambiance de musique et de débat.

«Dans notre plan d'actions 2018, on y a inscrit la création d'un centre d'écoute pour les filles artistes qui sont violentées, en même temps aussi, on vient d'avoir une audience avec l'Association des femmes juristes du Sénégal (AJS) avec qui, on sera lié par une convention qui va beaucoup parler de violences faites aux femmes artistes à tous les niveaux.

C'est pour cela qu'on va faire des séries de sensibilisation», a fait savoir le manager de l'orchestre, Aminata Diallo et non moins présidente de la Commission genre de l'Association des métiers de la musique.

Pour elle, il est temps que les «filles mettent à côté toutes les pesanteurs socioculturelles et qu'elles puissent parler, extérioriser, aller même vers la justice si besoin, pour parler des violences qu'elles subissent».

Quant à Ngoné Sarr de la plateforme Girl Génération, qui est le principal partenaire de l'évènement, elle dira: «on accompagne ces jeunes de l'orchestre pour une plus grande ouverture ou visibilité de cette activité d'information, d'éducation, de sensibilisation pour l'abandon de l'excision et des violences basées sur le genre».

Pour sa part, Samba Diaité, manager de l'orchestre Jigeen Ni, qui est aussi le coordonnateur de ce projet qui allie «rencontre, musique, débat et sensibilisation», «le concept, c'est de mettre la musique au service du social, du développement, à travers une innovation qui est une grande première dans l'environnement musical sénégalais où on assiste à un orchestre 100% femmes.

On a voulu mettre notre musique au bénéfice d'une activité citoyenne, pour sensibiliser sur les questions de violences faites aux femmes et on a choisi Médina pour cette première phase».

Né dans un environnement culturel africain, en particulier sénégalais «dominé essentiellement par des hommes» surtout en ce qui concerne le secteur de la musique, l'orchestre Jigeen Ni est une formation musicale constituée à 100% de femmes instrumentistes.

Elles ont pour ambition d'occuper la scène musicale sénégalaise et mondiale, d'accompagner les chanteuses et chanteurs qui n'ont pas d'orchestre et surtout de redonner à la femme instrumentiste sa place dans le monde de la musique, au Sénégal.

En savoir plus

Sédhiou - Lutte contre les violences basées sur le genre

Plusieurs acteurs du secteur médical et socio-éducatif de la région de Sédhiou ont pris… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.