Congo-Kinshasa: Ebola - La réponse contre la maladie est avant tout communautaire

Photo: Monusco
En novembre 2018, le responsable de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Ghebreyesus, fait vérifier sa température lors d'une visite à Beni, dans la province du Nord-Kivu, en République démocratique du Congo.

Au-delà de la prise en charge médicale, le ministère de la Santé reste convaincu que l'implication de la communauté dans la riposte contre l'épidémie passe par la sensibilisation. D'où toutes les activités qu'il déploie dans ce sens, notamment la campagne dénommée "Ebola pas chez moi".

La sensibilisation permet à la communauté de s'approprier la lutte contre la maladie à virus Ebola par l'adoption de comportements à moindre risque pour réduire la propagation de cette grave maladie qui a fait déjà plus de trois cent morts dans les provinces de Nord-Kivu et de l'Ituri. Dans le souci de protéger les communautés contre cette épidémie, le ministère de la Santé appelle à l'observance des règles d'hygiène, notamment le lavage régulier et correct des mains avec du savon ou de la cendre ; éviter de consommer le gibier trouvé mort dans la forêt et de manipuler le cadavre...

Selon les données du ministère, depuis le début de l'épidémie, le cumul des cas est de cinq cent quatre -vingt-cinq, dont cinq cent trente-sept confirmés et quarante-huit probables. Au total, il y a eu trois cent cinquante-six décès enregistrés dont trois cent huit confirmés et quarante-huit probables. Deux cent une personnes ont été guéries. Par contre, soixante-quatorze cas suspects sont en cours d'investigation. Deux nouveaux cas ont été confirmés, dont un à Katwa et l'autre à Butembo. En sus de cela, deux nouveaux décès de cas confirmés ont été rapportés dont un à Beni et l'autre à Katwa. Sur le terrain, la vaccination en ceinture se poursuit.

Des recommandations du ministère de la Santé

1. Respectez les mesures d'hygiène de base, notamment le lavage régulier des mains à l'eau et au savon ou à la cendre.

2. Si une connaissance venant d'une zone en épidémie vient vous rendre visite et qu'elle est malade, ne la touchez pas et appelez directement le numéro vert de la protection civile du Nord-Kivu.

3.Si vous êtes identifié comme contact d'un malade d'Ebola, acceptez d'être vacciné et suivi pendant vingt et un jours.

4. Si une personne décède à cause d'Ebola, respectez les consignes pour les enterrements dignes et sécurisés. Il s'agit simplement d'un mode d'enterrement qui respecte les coutumes et traditions funéraires tout en protégeant la famille et la communauté de la contamination par le virus Ebola.

5. Pour tous les professionnels de la santé, respectez les mesures d'hygiène dans les centres de santé et déclarez toute personne malade présentant les symptômes d'Ebola (fièvre, diarrhée, vomissement, fatigue, anorexie, saignement).

Si tous les citoyens respectent les mesures sanitaires préconisées par le ministère de la Santé, il est possible de faire en sorte que, même si un cas d'Ebola arrivait dans de nouvelles zones de santé, il ne serait que sporadique et n'entraînerait pas une nouvelle flambée épidémique.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Ebola

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.