28 Décembre 2018

Congo-Kinshasa: Elections ou report ? 24 heures de vérité !

L'agitation fait monter de l'adrénaline à quelques heures seulement des élections généralisées en RD. Congo. Nangaa et son équipe constituée des Intelligences rodées de la Centrale électorale n'ont que 24 petites heures pour lever les dernières options en vue de la tenue ou non de cette présidentielle couplée aux législatives tant nationales que provinciales.

Aux dernières nouvelles datant d'hier, dans la soirée, la grande réunion tenue au siège de la CENI sous les auspices de la SADC avec les principales branches de l'opposition congolaise, en l'occurrence CACH et LAMUKA, n'a nullement surpris négativement l'opinion au sujet d'un énième report.

Par contre, le Rapporteur de la CENI, Jean-Pierre Kalamba qui a été aux prises avec Top Congo FM a continué à rassurer que le travail est fait pour que dès demain à 5 heures du matin, le souverain primaire aille droit aux urnes sans moindre lapin.

Tout compte fait, les différentes circonscriptions électorales de Béni, Butembo et Yumbi (dans le Maï-Ndombe) ne prendront pas part au rendez-vous électoral de ce dimanche 30 décembre 2018 ; leur tour est cependant prévu pour le mois de mars, selon les prévisions du nouvel almanach de la CENI.

Attention !!! Les 24 heures de vérité qui séparent de la rude compétition de demain sont, impérativement, à mettre à profit comme le font de coutume les pêcheurs en plein lac Albert qui, contre toute attente, usent forcément du principe sacrosaint : « qui désire attraper du poisson évite d'agiter l'eau ».

Que des évidences. 20 candidats parmi les 21 en lice au niveau de l'élection présidentielle se seront battus en vain.

Certes, il convient de préciser que le match de ce dimanche 30 décembre 2018 se joue entre 3 de ces ambitieux congolais dont un seul réussira démocratiquement à déloger Joseph Kabila du Palais de la Nation où il loge depuis près de 18 ans.

Les Experts du sondage plébiscitent jusqu'à la dernière minute Félix Tshisekedi Tshilombo/CACH, Emmanuel Ramazani Shadary/FCC et Martin Fayulu Madidi/LAMUKA.

En effet, plus de 15 mille compatriotes et 19 mille qui ont, respectivement, postulé à la députation aussi bien nationale que provinciale seront logiquement des malheureux dont nombreux tenteront, à tort ou à raison, de contester les résultats.

Ce qui est vrai, qu'on se le dise, l'Assemblée nationale du Parlement congolais réserve 500 places aux meilleurs élus qui auront défié le fameux seuil de représentativité et environ 718 Compétiteurs pour le compte des diverses Assemblées provinciales.

Décor de tous enjeux

Sur fond de colère dans le chef, principalement, des tenants de la coalition LAMUKA et d'autres congolais qui n'ont pas digéré l'exclusion du vote de demain des Compatriotes de Béni, Butembo et Yumbi, la femme en ceinte considérée ici, comme le processus électoral va accoucher dès demain si pas d'un joli et beau garçon qu'est la vérité des urnes qui permettra d'enraciner la jeune démocratie au vu du monde entier, d'un mort né alors, c'est-à-dire des élections bâclées.

Y a-t-il un prix à payer pour ce rendez-vous électoral tant attendu depuis plus de deux ans ? Qu'en est-il de multiples embuches qui se sont dressées jusqu'ici au regard de ce processus voulu transparent, inclusif et apaisé ?

D'aucuns diront qu'il n'existe nulle part au monde des élections parfaites, l'homme qui les organise et y participe étant par essence imparfait.

Toutes choses restant égales par ailleurs, il sied d'indiquer que dans la Ville de Kinshasa, singulièrement, le nombre des bureaux de vote a été réduit pour des raisons techniques ; situation due au dernier incident malheureux où l'entrepôt principal de la CENI à Kinshasa a dû être incendié par des hommes non autrement identifiés.

Toutefois, tout laisse à croire que la CENI se divise en mille morceaux pour que cette fois-ci soit la bonne en termes d'occasion à donner aux 80 millions des congolais dont la seule lueur d'espoir demeure intimement liée à l'alternance démocratique au sommet de l'Etat, dès le 18 janvier 2019.

La grande réunion d'hier, vendredi 28 décembre 2018, entre la CENI, la SADC ainsi que les deux principales ailes de l'opposition congolaise, a été si déterminante. Plus de doute, les urnes seront prêtes demain dès les premières heures.

Au crépuscule d'un processus qui a tellement fait couler encre et salive, chacun des congolais est loin d'avoir tiré les amples conséquences du report enregistré par deux fois en 2016 et 2017.

Il va de l'intérêt de tout le monde de contribuer à la tenue des scrutins réussis qui baliseront la voie de sortie de l'actuelle crise sociopolitique et économique aux conséquences incommensurables. Que les meilleurs gagnent.

Congo-Kinshasa

Corruption à la Céni - Le Trésor américain incrimine Corneille Nangaa et son adjoint

Détournement de fonds, surfacturation, passation arbitraire des marchés, entrave au processus… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.