Congo-Brazzaville: Message sur l'état de la nation - Les parlementaires ont réagi ...

Le président de la République, Denis Sassou N'Guesso, a délivré le 29 décembre, au Palais des congrès de Brazzaville, le message sur l'état de la nation devant le parlement réuni en Congrès.

A l'issue de cette adresse du chef de l'Etat, Les Dépêches de Brazzaville ont recueilli l'appréciation de quelques parlementaires.

Ludovic Ntetani Miyouna, sénateur: « Le chef de l'Etat a déclaré qu'un pays ne peut se développer s'il n'est pas en paix. Je lui donne raison entièrement. Aujourd'hui, le Congo vit en paix, parce que la vie a repris dans le département du Pool et le Chemin de fer Congo-Océan a repris le service.

Cet environnement pacifié permet au Congo de poursuivre ses négociations avec le Fonds monétaire international, dans la perspective de la conclusion d'un accord financier.

En outre, le chef de l'Etat a annoncé l'ouverture de l'université Denis-Sassou-N'Guesso de Kintélé. Il a mis à profit ce message pour appeler les Congolais à plus d'abnégation au travail bien fait ».

Guy Brice Parfait Kolelas, député: « J'ai suivi attentivement le discours du président de la République. J'ai noté de bonnes perspectives dans les domaines minier et agricole. Notre pays manque des hommes devant mettre en œuvre des projets annoncés par le chef de l'Etat.

Son discours sera vain et sans effet, s'il n'y a pas le suivi et la rigueur dans l'exécution des projets annoncés.

Dans le passé, le président de la République nous a toujours fait des annonces qui ne sont jamais suivis d'effets. Je reste sur ma faim et j'attends la réalisation des promesses ».

Christian Ernest Makosso, député: « Dans son message à la nation, le président de la République a fait le tour d'horizon des problèmes auxquels la population congolaise fait face.

Nous souhaitons que des projets annoncés par le chef de l'Etat, pour apporter des solutions à la crise économique et financière que connaît le pays, trouvent des réponses favorables en 2019. On espère que des perspectives présentées par le chef de l'Etat augurent des lendemains meilleurs ».

Cyr Ebina, député, « J'ai été content d'écouter le président de la République saluer la restauration de la paix dans le Pool, comme il a également annoncé des projets réalisés ou en cours de réalisation à travers le pays en dépit de la conjoncture économique morose.

Cependant, j'ai été beaucoup marqué par la consolidation de l'Etat de droit matérialisée par la mise en place des institutions judiciaires efficaces et saluée par le président de la République.

Tout cet arsenal juridique participe de la lutte contre les antivaleurs dont le chef de l'Etat en a fait son cheval de bataille ».

Kaya Magane, sénateur:« Notre appréciation du message du président de la République sur l'état de la nation reste mitigée ; dans la mesure où nous aurions souhaité entendre de la bouche du président de la République que les négociations avec le Fonds monétaire international ont abouti, parce que le Congo a besoin des financements supplémentaires pour relancer son économie.

Bien que le président de la République ait parlé longuement des problèmes sociaux, nous aurions souhaité qu'il aborde des questions liées au chômage des jeunes.

C'est très bien que le chef de l'Etat ait noté des activités concourant à l'essor de notre économie nationale, cependant, nous sommes déçus qu'il se satisfasse d'avoir payé les salaires des agents civils et militaires de l'Etat pendant que d'autres au niveau des collectivités locales, des mairies, du CHU, de l'université Marien-Ngouabi ... ne sont pas payés depuis plusieurs mois. On assiste ainsi à une République à deux vitesses ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.