Congo-Kinshasa: Elections - des couacs signalés dans l'organisation

Machine à voter en RDC

S'il est vrai que globalement, les opérations de vote se sont bien déroulées sur l'ensemble du territoire national, il est tout aussi vrai que dans certains endroits, l'on a décelé quelques failles qui, en amont, relativisent d'ores et déjà la fiabilité des résultats.

A Kinshasa déjà, plusieurs témoins des partis politiques n'ont pas eu accès dans certains bureaux de vote, à en croire le candidat à la présidentielle Félix Tshisekedi qui s'exprimait ce 30 décembre, au sortir du centre de vote du collège Bonsomi, à N'Djili. Il a également déploré le retard pris par certains bureaux avant de donner le go des opérations de vote pendant qu'ailleurs, précisément dans l'arrière-pays, l'on rapportait que certains chefs des centres avaient eu du mal à démarrer les machines à voter. « A Inongo, on a reçu des messages alarmants où on a trouvé le chef de centre en train de voter plusieurs fois pour Shadary et il a été démasqué puis arrêté. Toujours à Inongo, dans trois machines à voter quand la population vote le numéro 20, c'est le nom de Shadary qui sort. À Bukavu, on limite la liste des candidats au centre de Panzi, les machines s'arrêtent au numéro 30, donc si vous êtes candidat député avec un numéro au-delà de 30, vous avez perdu », a, pour sa part, dénoncé Vital Kamerhe, le directeur de campagne de Félix Tshisekedi.

Dans certains bureaux de vote, à Kinshasa et dans l'arrière pays, il est fait état de la seule présence des témoins du Front commun pour le Congo qui, dans la plupart des cas, n'ont pas reçu la formation requise pour assumer pleinement leur statut. Au lycée Kingasani 2, le chef du bureau de vote se plaignait, à quelques heures de la clôture du vote, de n'avoir toujours pas reçu la liste des témoins accrédités. Certains témoins de regroupements politiques ne trouvant pas leurs noms repris sur la liste de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) ont simplement regagné leurs domiciles respectifs.

Un simulacre d'élections à Béni et Butembo

Entre-temps, l'on apprend que les villes de Beni et Butembo (Nord-Kivu), dont les circonscriptions ont été écartées du jeu électoral, ont décidé d'organiser un vote manuel afin de contourner la décision de la Céni reportant les élections dans cette partie du pays au mois de mars 2019. Un simulacre de vote du président de la République, des députés nationaux et provinciaux a, en effet, été organisé aux ronds points Mutiri, Mutsanga et Katwa où l'on a signalé un fort engouement. Ces électeurs de circonstance ont utilisé des papiers comme bulletins, ainsi que des sacs vides comme urnes. « Une fois fini le vote, les résultats vont être transmis à la Céni. Ce sont des élections libres et transparentes », a confirmé Paluku Mukokoma, un habitant du quartier Mutsanga. Une façon pour les habitants de Beni et Butembo d'exprimer leur désapprobation à la décision de la Céni reportant à mars 2019 les élections dans ces deux villes du Nord-Kivu pour des raisons sanitaires et sécuritaires. « Les habitants démontrent simplement qu'ils avaient besoin des élections, même si on leur a privé de ce droit. C'est une profonde expression de soif de changement », a ajouté une source locale. A Kolwezi, certains électeurs ont carrément décidé de déchirer les listes électorales affichées au centre Garengaze après avoir cherché en vain leurs noms.

Et Félix Tshisekedi de lâcher : « Il faut se poser la question de savoir si tout ça n'est pas organisé pour que demain ça soit annulé pour qu'on redonne une ou deux années à ce régime qui va encore prétexter évidemment le budget et prendre tout le temps qu'il faut. Nous ne l'accepterons pas ».

A noter qu'aux législatives nationales, 15 358 candidats vont disputer les 500 sièges et 19 640 candidats à la députation provinciale pour 715 sièges. Près de trente-neuf millions d'électeurs pourront accomplir leur devoir civique sur plus de quarante millions attendus. Ceux de Beni et Butembo, dans le Nord-Kivu, et de Yumbi dans le Maï-Ndombe voteront en mars 2019.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.