1 Janvier 2019

Afrique de l'Ouest: Le Niger enterre cinq de ses soldats tués à la frontière nigériane

Le ministre de la Défense du Niger, Kalla Moutari, s'est rendu ce lundi 31 décembre à Maradi, au sud du pays, non loin de la frontière nigériane, pour assister à l'enterrement de cinq soldats. Ces militaires ainsi que cinq soldats du Nigeria ont été tués samedi du côté nigérian de la frontière lors d'une opération conjointe contre des hommes armés décrits par les autorités du Niger comme « un groupe de bandits infiltrés par des intégristes ».

Selon le ministre nigérien de la Défense, la zone où les soldats ont été tués, celle de Doubouroum dans l'Etat nigérian de Zamfara frontalier avec le Niger, est « infestée de bandits ».

« Ces voleurs de bétail se sont lancés dans le business de prendre en otage les populations des deux côtés de la frontière contre rançon », explique Kalla Moutari. Il précise : « Une patrouille mixte a tenté de libérer des otages détenus dans un camp de base de ces bandits. Lors d'un premier accrochage, la patrouille a neutralisé dix hommes armés. Mais les soldats ont ensuite été pris en embuscade par des assaillants lourdement armés ».

C'est lors de ce deuxième affrontement que cinq soldats nigériens et cinq militaires nigérians ont été tués et d'autres blessés. Des ratissages sont en cours, assure le ministre, et des investigations ont été lancées pour préciser le profil des assaillants.

« Face aux moyens qu'ils ont déployés, nous soupçonnons que les bandits soient infiltrés par des intégristes, non pas des combattants de Boko Haram dont ce n'est pas la zone, mais plutôt des hommes venus du Mali ou de Libye », indique Kalla Moutari. Une réunion est prévue ce mardi 1er janvier à Maradi au Niger pour renforcer la coopération sécuritaire entre Niamey et Abuja dans cette zone frontalière.

Niger

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.