3 Janvier 2019

Cameroun: Logpom - Un domicile conjugal détruit

La fin d'année 2018 a été plutôt mouvementée pour quelques habitants de Douala, du côté du quartier Logpom au lieu dit Basson, non loin de « Maisons jumelles ». En effet, le 29 décembre dernier en début de matinée, les riverains ont vu une imposante bâtisse, considérée comme la plus jolie du coin, être réduite en ruines.

Derrière ce geste, un homme en colère et un couple qui battait de l'aile. En effet, selon un témoin dans le voisinage, Monsieur T. (appelons le ainsi), qui connaît des difficultés dans son ménage depuis quelque temps, se serait vu signifier par Madame de quitter le domicile conjugal. Un coup difficile à encaisser, surtout que l'homme qui avait été très malade, avait été absen tdu foyer pendant plusieurs mois, étant allé se faire soigner. Et si à son retour il pensait pouvoir compter sur le soutien de sa chère et tendre, c'est le contraire qui l'attendait.

Une attitude inacceptable pour Monsieur T. qui a sûrement pensé à l'argent qu'il a investi sur le terrain de 400 m2 appartenant à son épouse pour construire ce duplex. Cela faisait deux années que le couple et leurs trois enfants habitaient les lieux. Et Monsieur T. n'a donc pas accepté de sortir sans faire de vagues. Il a recruté du «personnel ».Dès le vendredi 28, quelques «gros bras » se sont chargés d'enlever les portes et les fenêtres. Avant que le samedi, les voisins ne voient débarquer un engin de démolition. Et la destruction a commencé avec le mur de la clôture par lequel le « Poquelin » est passé pour aller casser la maison. La transformant en tas de gravats.

Cameroun

Nouvelle comparution ce mardi pour le journaliste Amadou Vamoulké

Au Cameroun, l'ancien directeur de la radio-télévision nationale est détenu depuis juillet 2016, il… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.