5 Janvier 2019

Tunisie: Le ministère confirme, les professionnels infirment

Pour Mehdi Mahjoub, membre de la chambre, la suppression des taxes à la consommation et de la TVA a évité une augmentation du prix des voitures populaires. Mais la dépréciation du dinar ne permet pas d'opérer une réelle baisse du prix final. « Si la suppression des taxes n'avait pas été promulguée, les prix des voitures populaires auraient augmenté davantage de 3 mille dinars. Une voiture à 25 mille dinars aurait été vendue à 28 mille dinars», explique-t-il.

Impact faible selon les professionnels

Il a indiqué que le dernier contingent de voitures populaires a été reçu en août 2018. Mais du mois d'août au mois de janvier 2018, la valeur du dinar tunisien s'est dépréciée davantage, atteignant actuellement 3,402 par rapport à l'euro et 3,0081 par rapport au dollar américain. Un glissement qui jette une ombre sur le prix des voitures populaires, bien que l'abattement ait été une bonne mesure pour éviter l'augmentation, d'après M. Mahjoub.

D'ailleurs, il a souligné que le quota d'importations des voitures populaires est fixé à 5.000 par an. En 2018, près de 3.000 voitures seulement ont été importées par les concessionnaires automobiles. Pour tout le secteur, on a importé 45 mille voitures en 2018, l'année où a été également promulguée la baisse de 20% du quota dans l'objectif de réduire le déficit de la balance commerciale. Une mesure qui a eu un impact sur le chiffre d'affaires des concessionnaires automobiles, selon M. Mahjoub. Pour les véhicules quatre chevaux particuliers, le quota a été fixé à 5 mille. Pour l'année 2019, le quota n'a pas encore été fixé.

Le ministère persiste

Notre tentative de contacter Fethi Bedour, directeur du commerce extérieur au ministère du Commerce, a échoué à maintes reprises. M. Bedour avait déclaré aux médias que l'annonce d'une baisse de 5 mille dinars des voitures populaires a été calculée selon le taux de change du dinar pour le mois de décembre 2018 et début janvier 2019. Cette baisse dépendra de la voiture. Ce qui ramènerait, par exemple, le prix d'une voiture populaire de 22 mille dinars à moins de 20 mille dinars et d'une voiture à 30 mille dinars à moins de 27 mille dinars. M. Bedour a affirmé que la marge bénéficiaire pour les concessionnaires automobiles est fixée à 1.000 dinars par voiture.

En outre, il a souligné que le ministère travaille sur l'élargissement de la liste des bénéficiaires des voitures populaires. L'objectif est d'intégrer les personnes dont l'impôt sur le revenu ne dépasse pas 10 mille dinars, au lieu de 5 mille dinars actuellement, d'après ses propos rapportés par l'agence TAP. Il a ajouté que le projet de loi sera discuté prochainement à l'Assemblée des représentants du peuple (ARP).

Tunisie

L'agenda des 16es de finale

14h30 : Mukura (Rwanda)-Al Hilal (Soudan) (aller 0-3) Plus »

Copyright © 2019 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.