Afrique Centrale: La CENCO déclenche une tempête politique en RDC

Les résultats de l'élection présidentielle du 30 décembre dernier se font toujours attendre. Pourtant, la Conférence épiscopale nationale du Congo a déjà déclaré qu'elle connaissait le nom du vainqueur.

L'église catholique a-t-elle vraiment les moyens de connaitre les résultats moins d'une semaine après le triple scrutin du dimanche 30 décembre ? Ce Jeudi 3 janvier, au cours d'une conférence de presse à Kinshasa, le porte-parole de la CENCO, la Conférence épiscopale nationale du Congo, a affirmé "que les données à sa disposition issues des procès-verbaux des bureaux de vote consacre le choix d'un candidat comme président de la République". L'abbé Donatien Nshole a rappelé que la Conférence épiscopale nationale du Congo a déployé 40.000 observateurs répartis sur l'ensemble du territoire national. Elle aurait donc la possibilité d'avoir un aperçu très large des résultats.

La majorité présidentielle, qui soutient la candidature d'Emmanuel Ramazani Shadary, a accusé vendredi la Conférence épiscopale d'avoir une "attitude partisane irresponsable et anarchique" et de "violer gravement la Constitution".

Au cours d'une conférence de presse à Kinshasa, Barnabé Kikaya Bin Karubi, conseiller diplomatique de Joseph Kabila, a estimé que la prise de position de la CENCO "viole gravement autant la Constitution, la loi électorale que la charte de bonne conduite qui imposent aux parties prenantes de ne pas proclamer lesdits résultats, attribution reconnue à la seule Commission électorale nationale indépendante".

Sur nos antennes, Jean-Pierre Kambila, le Directeur adjoint du cabinet de Joseph Kabila, a abondé dans le même sens. Selon lui, "ni la CENCO, ni moi, n'avons le droit de proclamer un vainqueur. Et est-ce que vous pouvez affirmer avec certitude que vous avez les moyens de projeter des résultats lorsque vous ne maitrisez que 25.000 bureaux de vote?"

Dans un communiqué, le service diplomatique de l'Union européenne a lancé un appel à ce que les résultats des élections soient "conformes au vote du peuple congolais".

L'Union européenne estime que la RDC se trouve "à un moment historique vers une transition démocratique". Et Bruxelles se dit "prêt à accompagner ce processus en étroite concertation avec ses partenaires, en particulier onusiens et africains".

Dans la mi-journée, le président de la Commission de l'Union africaine avait estimé dans un message posté sur Twitter que "le respect des résultats de l'élection était crucial"

Rappelons que le représentant de l'UE en RDC avait été sommé de quitter le pays par les autorités congolaises à la veille des élections du 30 décembre. Federica Mogherini, la cheffe de la diplomatie européenne, avait qualifié la décision de Kinshasa d'"arbitraire" et de "contre-productive".

En attendant la proclamation des résultats provisoires par la Commission électorale, les partisans des trois principaux candidats - Emmanuel Ramazani Shadary, Félix Tshisekedi et Martin Fayulu - revendiquent la victoire. Ce qui laisse planer le risque d'une violente et sanglante contestation post-électorale selon plusieurs analystes.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.