5 Janvier 2019

Sénégal: Commercialisation arachidière au Fouladou - Une campagne encore mal partie

La campagne de commercialisation arachidière officiellement ouverte en début décembre est encore mal partie au Fouladou, une des premières régions productrices d'arachide. Il n'y a pas encore d'argent au grand dam des producteurs qui bazardent leurs graines ou acceptent de céder dans les points de collecte à crédit avec simplement un petit bout de papier blanc portant le nombre de kilos et la somme qui leur est due. Coup d'œil sur une commercialisation encore très mal partie.

Difficile de rencontrer un producteur d'arachide ayant vendu ses graines dans le circuit officiel. En effet, au Fouladou, les Bana Bana occupent le marché. Le circuit officiel tarde à trouver de l'argent pour acheter. Pis, certains points de collecte commencent à délivrer des bons. Avec un risque énorme pour les producteurs.

Dans la commune de Bagadadji, Mamadou, un producteur de Madina Abdoul explique : « Nous sommes obligés de vendre le kg entre 150F à 175F dans les Loumas ou les Bana Bana qui circulent avec leurs instruments de mesure non certifiés. Il y a des urgences qui n'attendent pas. Quand vous autres salariés, vous êtes trop pressés pour la fin du mois, imaginez un peu que, nous autres, producteurs somment obligés de patienter un an ».

Et d'indiquer n'avoir entendu aucun point de collecte dans sa zone ayant commencé avec de l'argent. Même son de cloche à Nianming dans le département de Médina Yéro Foulah ou Alioune indique que la production de cette année est plus importante que celle de l'année dernière mais aucun financement n'est encore arrivé dans la zone. Ici, des prières sont faites pour que les Chinois puissent investir le terrain. « Ils sont plus pratiques avec le pessa Yoba dans une grande simplicité »

A Saré Moussa Méta commune de Saré Bidji, le gérant a commencé à distribuer des bons aux producteurs. « Il avait simplement parlé de deux jours et une semaine que nous attendons encore », explique Mr Diao, un producteur inquiet. Même constat dans la commune de Médina Elhadji avec le point de collecte de ce chef-lieu de commune et Médina Alpha Sadou où les paysans sont obligés de « noter». C'est-à-dire de déposer les graines en crédit avec le risque de courir derrière l'argent dû pendant plusieurs semaines. « Nous sommes contraints car il y a beaucoup de risques aussi de garder sa production à la maison avec les incendies ou autres prédateurs », dira Alimou.

Seule lueur d'espoir avec la SEDAB, une des sociétés leaders dans le secteur qui a pu injecter, depuis ce jeudi, près de 5 millions à Ngoudourou dans la commune de Kéréwane et à Ndorna commune de même nom dans le département de Médina Yéro Foulah. Mr Sidibé, le chef de service régional (Drdr) de Kolda s'exprimant sur une des radios de la place, à propos de cette campagne de collecte indique que 187 points de collecte sont prévus pour la région de Kolda et que seuls 61 d'entre eux fonctionnent pour l'instant alors que plus de 3000 tonnes d'arachide d'huilerie ont été collectées. Il reconnait aussi que les financements importants sont attendus pendant ce mois de janvier.

Sénégal

Karim Wade et Khalifa Sall exit, quel avenir pour le PDS?

Avant même la présidentielle prévue le 24 février, la classe politique… Plus »

Copyright © 2019 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.