8 Janvier 2019

Gabon: Communiqué de l'Union Nationale sur la tentative de coup d'Etat

communiqué de presse

Libreville, le 08 janvier 2019. Ce lundi 07 janvier 2019, une dizaine de jeunes militaires, appartenant à la Garde Républicaine, se sont introduits dans les studios de Radio Gabon et ont fait une déclaration qui a été diffusée durant plusieurs heures sur les ondes de cette Radio puis sur les réseaux sociaux sous forme de vidéo.

Ce message a été lu par un jeune de 28 ans, Kelly Ondo Obiang, lieutenant et commandant adjoint de la garde d'honneur, unité d'élite interarmes. Pour des raisons inexpliquées, les identités des autres personnes qui se trouvaient avec lui ne sont toujours pas connues à ce jour.

L'acte de ces jeunes compatriotes est d'une extrême gravité. Nul ne peut le contester. Toutefois, l'Union Nationale constate pour le regretter qu'en dehors du Porte-parole du Gouvernement, ni les chefs de corps, ni le Procureur de la République, ni les Ministres en charge de l'Intérieur et de la Défense Nationale, pourtant tous présents sur le territoire national, ne se sont exprimés sur ces évènements qui ont fait le tour du monde.

L'Union Nationale voudrait rappeler à l'opinion nationale et internationale que nombre d'évènements de nature comparables, dont les enquêtes judiciaires demeurent toujours sans réponse à ce jour, se sont produits dans notre pays au cours de ces dernières années, notamment : la découverte d'armes de guerres sur la plage du Cap Estérias en 2015 ; et l'affaire dite Aba'a Minko en juin 2017, dans laquelle plusieurs rédactions de médias publics et privés de Libreville, ont été l'objet d'attaques par des groupes de personnes armées et encagoulées, dans le but de diffuser un message de rébellion.

L'Union Nationale demande que la lumière soit faite sur cette affaire qui ébranle l'édifice institutionnel et que la justice exerce son autorité en toute liberté et en toute transparence.

Au-delà des faits et de leur traitement qui relève désormais de la seule compétence de la justice, l'Union Nationale s'interroge. Quelles sont les causes qui ont conduit un jeune officier de 28 ans, produit du Prytanée militaire de Libreville, formé pour servir dans la stricte soumission à l'autorité, à prendre la responsabilité de contester l'ordre établi, risquant au mieux une carrière prometteuse et même sa vie et celle de ses compagnons d'armes ? Est-ce l'expression du désespoir qui gagne la jeunesse de tout un pays ?

Cet acte interpelle le pays et ses principaux responsables, notamment les dirigeants des Institutions de la République, les responsables politiques et de la société civile ainsi que les autorités morales, philosophiques et religieuses de notre pays. Nous ne pouvons nous soustraire à cet examen de conscience pour y apporter une réponse politique responsable. Nous ne pouvons éviter d'analyser le message politique porté par ces jeunes compatriotes ainsi que sa portée.

Pour l'Union Nationale, la volonté de conservation du pouvoir par tous les moyens qui caractérise le régime, est à l'origine de la crise sans précédent que traverse notre pays et dont les évènements de ce 07 janvier 2019 témoignent du niveau d'exaspération du peuple gabonais à travers sa jeunesse. L'acte posé par le jeune Kelly Ondo Obiang, tout en réaffirmant son extrême gravité, n'est-il pas un acte de témoignage ? Témoignage du sentiment qui habiterait chaque Gabonaise et chaque Gabonais, notamment la jeunesse, au regard de la situation du pays et au-delà de toute sensibilité politique. Témoignage qui s'adresserait au pouvoir établi, à la classe politique ainsi qu'à la communauté internationale.

Depuis plusieurs années, particulièrement depuis 2016, la Cour Constitutionnelle s'est autorisée des libertés avec la Constitution en la manipulant pour permettre à Monsieur Ali Bongo de se maintenir au pouvoir, en dépit de tout. Cette situation, que l'Union Nationale n'a jamais manqué de dénoncer, est devenue intenable et fait peser sur le pays un risque réel de rupture.

L'Union Nationale relève que plusieurs Chefs d'États étrangers, plusieurs États, l'Union Africaine et même les Nations-Unies ont publié des communiqués de circonstance pour relever le sérieux des évènements qui se sont produits au Gabon. Malgré cela, Monsieur Ali Bongo n'a pas regagné en urgence le Gabon ni pris la parole, comme la situation l'exige. Pourtant, le gouvernement, relayé en cela par le Parti démocratique gabonais (PDG) n'ont eu cesse d'affirmer qu'Ali va Bongo va très bien et qu'il travaille tous les jours. Pourquoi ne s'est-il jusque-là pas exprimé sur la question ? Pourquoi ne regagne-t-il pas le pays en urgence pour remettre de l'ordre dans la troupe, lui le chef suprême des armées ? Le silence assourdissant de Monsieur Ali Bongo, à un moment aussi grave, légitime les doutes au sujet de sa capacité à assumer les lourdes charges de sa fonction. Il confirme de nouveau l'urgence de désigner une commission médicale à Rabat, pour constater si Monsieur Ali Bongo est en capacité de remplir consciencieusement les devoirs de la charge liés à la fonction de président de la République, Chef de l'État, Chef Suprême des armées.

Avec gravité et au-delà de toute polémique, l'Union Nationale exhorte la communauté nationale, sans exclusive, à prendre l'entière mesure de la situation actuelle de notre pays et invite chacun à admettre l'impérieuse nécessité des décisions qui s'imposent et que la Constitution en vigueur prévoit.

Fait à Libreville, le 08 janvier 2019

Le Président de l'Union Nationale

Zacharie MYBOTO

Gabon

Les raisons du limogeage de Guy-Bertrand Mapangou

Toujours pas d'explications officielles au Gabon suite au limogeage annoncé mardi soir du vice-président… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Gabonews. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.