8 Janvier 2019

Congo-Brazzaville: Santé publique - Les étudiants chercheurs font des constats et des propositions

Les résultats des travaux de recherche mettant en exergue des suggestions pour améliorer les faiblesses constatées en matière de santé publique, afin d'éclairer la lanterne des décideurs, ont été présentés à la ministre de tutelle, Jacqueline Lydia Mikolo, le 7 janvier à Brazzaville.

Les axes de recherche au Centre inter-États d'enseignement supérieur en santé publique d'Afrique centrale (Ciespac) en 2018 ont porté sur les thématiques diverses et variées. La qualité de la supervision des centres de santé, les dysfonctionnements du système d'évacuation sanitaire à l'étranger, la gestion des malades hospitalisés, les soins pédiatriques, la prévention des infections nosocomiales, la gestion des déchets biomédicaux solides sont, entre autres, les problématiques de santé publique passées au peigne fin par les étudiants chercheurs en mater du Ciespac. Les champs d'études ont été les centres de santé intégrés de quelques districts sanitaires de Brazzaville, le district sanitaire Oyo-Alima, quelques hôpitaux de référence ainsi que le Centre hospitalier universitaire de Brazzaville (CHU).

A l'hôpital de base de Talangaï, l'organisation de gestion des malades hospitalisés est acceptable. Selon l'étude, le niveau de satisfaction des patients est bon concernant l'accueil, l'hospitalisation, la prise en charge et le suivi. A Bacongo, les résultats de la recherche font état d'une bonne qualité de supervision dans les centres de santé du district sanitaire avec un score de performances compris entre 63 et 100%.

Problèmes

En évaluant les connaissances, attitudes et pratiques sur le tabagisme chez les étudiants en médecine dans la capitale, il ressort que la fréquence du tabagisme est de 16%. L'âge de la première bouffée est de 15 ans. Par ailleurs, sur la santé de la reproduction volet obstétrique, concernant l'effectivité de la césarienne au CHU, celle-ci est aujourd'hui limitée à l'acte opératoire. Les médicaments et autres consommables sont payants. Ni la stratégie ni la directive n'ont été appliquées, révèle l'étude. Aussi, les femmes atteintes de fistule génitale ont des velléités suicidaires d'autant plus que peu d'entre elles bénéficie d'une réinsertion appropriée. Le système de référence et de contre référence du district sanitaire Oyo-Alima est inexistant sur les plans pratique et opérationnel. Le processus des évacuations sanitaires à l'étranger souffre de dysfonctionnements au niveau administratif, médical et financier...

Suggestions

La réalité ainsi présentée appelle à redynamiser le système de référence et de contre référence sur les plans pratique et opérationnel, renforcer le plateau technique hospitalier du Congo afin de limiter au strict minimum les évacuations sanitaires, améliorer la communication avec les demandeurs d'évacuation, organiser des formations en soins essentiels immédiats des nouveaux en faveur des sages-femmes de l'hôpital de base de Talangaï, s'attaquer au tabagisme à tous les niveaux en commençant par les jeunes qui constituent la couche la plus vulnérable à l'intoxication tabagique.

La ministre de la Santé et de la population s'est dite satisfaite de la qualité du travail réalisé par les étudiants chercheurs et leurs encadreurs. « Le pays compte sur vous pour renforcer les capacités du système de santé, le rendre performant afin d'améliorer à terme l'état de santé de la population », a déclaré Jacqueline Lydia Mikolo.

Congo-Brazzaville

Jordi Mboula - « Je suis patient, je sais que les bonnes choses arrivent... »

Quelques heures avant son match amical face à l'AJ Auxerre, le Cercle Bruges de Jordi Mboula s'entrainait au… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.