9 Janvier 2019

Tunisie: La goutte d'eau qui fait déborder le vase

Le SMT persiste et signe !

Malgré tout, dit-il, la machine de la justice semble avancer contre vents et marées. Toutefois, on n'en a pas fini avec les attaques et les agressions dont le corps judiciaire est, souvent, la cible, sans que personne ne lève le petit doigt. Où allons-nous ?, s'interroge, inquiet, M. Brahim Bouslah. « On voudrait nous réduire au silence et mettre à genoux un pouvoir qu'on croyait libéré à jamais », dénonce-t-il. Entouré de ses lieutenants, le président du SMT persiste et signe : « Non, on ne lâchera jamais prise. On ne cédera guère à la pression de qui que ce soit, ni tolérer cette hégémonie malintentionnée.. Nous irons jusqu'au bout, à tout prix », affirme le syndicat, en toute confiance. Sans pour autant craindre les menaces et les coups de gueule qui le visent de partout. Même dans les plateaux des médias, ajoute-t-il, les magistrats n'ont pas été épargnés. « Aujourd'hui, le cours de l'enquête judiciaire n'est pas respecté. Ses tenants et aboutissants pouvant faire l'objet d'un débat houleux auprès des médias, ce qui n'est pas tout à fait normal», témoigne-t-il.

L'IVD, encore une fois, accusée

A cela, dénonce-t-il, s'ajoutent les pratiques insensées de l'IVD visant à remettre en cause le corps des magistrats. Les convocations qu'elle a déjà envoyées à certains d'entre eux, trois jours avant la fin de sa mission, pour répondre d'accusations infondées et souvent anonymes ont été perçues comme marque de harcèlement et d'humiliation. Même les procédures d'enquête que l'IVD avait poursuivies dans le cadre de la réforme fonctionnelle qui relève de son ressort, n'ont pas été faites dans la dentelle. « Ce sont des procédures loin d'être juridiques et les décisions en découlant sont injustes », réplique-t-il. Et de juger que de telles pratiques hors la loi ne sont qu'une provocation gratuite. Voire un règlement de comptes. En réaction à toutes ces accusations, le SMT ne restera pas, selon son président, les bras croisés. Autre préoccupation, un nouveau statut pour la profession, à la place de celui créé en 1967. Face à cette situation, les magistrats prévoient, le cas échéant, d'entrer dans une grève générale ouverte. Jusqu'à la satisfaction de leurs revendications.

Tunisie

L'agenda des 16es de finale

14h30 : Mukura (Rwanda)-Al Hilal (Soudan) (aller 0-3) Plus »

Copyright © 2019 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.