10 Janvier 2019

Congo-Kinshasa: L'opposant Félix Tshisekedi proclamé vainqueur de la présidentielle

Photo: congonouveau.org
Felix Tshisekedi, cadre de l'UDPS et membre du Rassemblement lors de travaux du dialogue national inclusif à Kinshasa

Selon les résultats provisoires annoncés par la Commission électorale nationale indépendante (Céni) dans la nuit de mercredi à jeudi, l'opposant Félix Tshisekedi est arrivé en tête de l'élection présidentielle en République démocratique du Congo.

Après une longue attente, le président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) a finalement annoncé les résultats provisoires de l'élection présidentielle en RDC vers 3h du matin (heure de Kinshasa) ce jeudi.

Le taux de participation est de 47,46%.

Historique

Alors que la chaîne nationale RTNC diffusait en direct l'annonce des résultats depuis le siège de la Commission électorale, ce sont des réactions de surprise qu'on a pu entendre dans la salle à l'annonce des résultats provisoires.

Et pour cause, la situation est historique : c'est la première fois qu'un opposant est proclamé vainqueur d'une élection présidentielle après les deux élections de Joseph Kabila en 2006 et 2011.

Après trois reports depuis 2016, le président de la Céni a remercié toutes les institutions de la République, en commençant par le chef de l'Etat.

aux membres de l'Assemblée plénière, au Secrétariat Exécutif National mais également à tout le personnel de la CENI pour le dévouement et la détermination

Ceni-rdc (@cenirdc) 10 janvier 2019

Lors de sa campagne, le fils de l'opposant historique Etienne Tshisekedi, décédé le 1er février 2017, a scellé une alliance avec une autre figure de la politique congolaise, Vital Kamehre. En cas de victoire, c'est à lui que devait incomber le poste de Premier ministre.

Quelques minutes après l'annonce de la victoire de Félix Tshisekedi, quelques Kinois habitants aux alentours du siège de la Céni ont exprimé leur joie.

On est tellement contents !

C'est la Cour constitutionnelle qui proclamera ensuite les résultats définitifs de la présidentielle après l'examen d'éventuels recours. Selon le calendrier actuel qui a pris trois jours de retard, elle doit publier les résultats définitifs d'ici le 15 janvier pour une prestation de serment initialement prévue le 18 janvier.

Martin Fayulu dénonce un « putsch électoral »

Arrivé deuxième de la présidentielle, le candidat de la coalition de l'opposition Lamuka, Martin Fayulu, dénonce dans une interview à RFI un « putsch électoral » et des résultats « ridicules », qui n'ont rien à voir avec la vérité des urnes.

Ridicules. Ces résultats n'ont rien à voir avec la vérité des urnes. C'est une vilaine escroquerie de M. Nangaa et de son camp politique. C'est un véritable putsch électoral, c'est incompréhensible. Je demande à la Cenco, à l'Eglise du christ au Congo, à la Symocel et à tous ceux qui ont observé les élections de me dire la vérité, de publier les résultats. (...) On a volé la victoire du peuple congolais et le peuple congolais n'acceptera jamais que sa victoire lui soit volée.

Martin Fayulu est l'Invité Afrique de RFI à partir de 4h43 TU.

Longue soirée

Journalistes et observateurs ont dû patienter de longues heures. Aux environs de 0h40, ce 10 janvier, le président de la Commission électorale (Céni) de la République du Congo (RDC) Corneille Nangaa, est finalement arrivé pour lancer officiellement la proclamation des résultats du triple scrutin législatif, provincial et présidentiel. Le rapporteur de la Céni, Jean-Pierre Kalamba, a salué « un grand jour pour la nation congolaise, un jour tant attendu » mais l'attente se poursuit toujours.

Corneille Nangaa, le président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), a alors annoncé que la cérémonie se déroulerait en deux étapes : d'abord les résultats des élections législatives et provinciales, puis ceux de la présidentielle. A l'heure actuelle, les résultats des élections provinciales sont en train d'être égrenés, province par province, circonscription par circonscription.

Ces derniers jours, la pression sur la commission électorale n'a cessé d'augmenter. Ce 9 janvier, les trois principales missions d'observation électorale ont rappelé à la Céni son « devoir » de ne proclamer « que la vérité issue des urnes », ce qui témoigne du climat de méfiance et d'inquiétude qui règne dans le pays.

En savoir plus

Présidentielle - La Céni promet les résultats pour ce mercredi soir

L'armée est déployée autour du siège de la Commission électorale qui prévoit… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.