10 Janvier 2019

Cote d'Ivoire: Bondoukou / lutte contre la rage - Le gouvernement se dote d'un plan national intégré

C'est autour du thème "Rage, transmettez le message. Sauvez une vie" que la ville de Bondoukou a célébré la 12ème édition de la journée mondiale de lutte contre la rage. Cette cérémonie lance officiellement la campagne de vaccination contre la rage en Côte d'Ivoire.

En présence du ministre des Ressources animales et halieutiques Kobenan Kouassi Adjoumani, du Pr Benié Bi Vroh Joseph, directeur général de l'INHP, représentant le ministre de la Santé et de l'Hygiène publique, et de diverses autres personnalités, Dr Kouadio Adaman, directeur des services vétérinaires, a livré des informations qui donnent froid dans le dos. " 37 cas de rage animale confirmés entre 2014 et 2017.

Au niveau humain, plus de 50 000 personnes ont été exposées au risque rabique avec 89 décès dont 41 cas confirmés par l'Institut Pasteur d'Abidjan entre 2013 et 2017", a-t-il rapporté. C'est pourquoi, il a insisté sur l'importance de la sensibilisation des populations face au danger que constitue cette maladie.

Dans la lutte pour l'éradication de la rage, l'intervenant a rappelé la méthode "une seule santé" qui préconise une collaboration étroite entre les différents acteurs de la santé (vétérinaires et médecins) qui travaillent ensemble pour éradiquer ce fléau.

Autant d'initiatives qui ont valu à la Côte d'Ivoire de passer du niveau 1 au niveau 2,4 dans la lutte contre la rage entre 2016 et 2018.

Au nom d'Aka Aouélé, le représentant du ministre de la santé a salué l'engagement du ministre Adjoumani dans la lutte pour l'éradication de la rage dans notre pays qui fait partie des zones à risque.

Selon lui, "Chaque année, 11 000 personnes sont exposées aux morsures d'animaux et en moyenne 18 personnes en meurent. Ces victimes sont majoritairement des enfants de 5 et 14 ans. Pour l'année 2018, l'on note 13 000 personnes exposées dont 24 décès soit 2 décès par mois en moyenne.

Ces cas sont survenus dans 19 districts sanitaires en Côte d'Ivoire dont 2 dans la région du Gontougo", a-t-il déploré. Pour sa part le ministre Kobenan Kouassi Adjoumani a rappelé que la rage est une maladie évitable à 100%.

Pour ce faire, il faut procéder à la vaccination de masse de la population canine et une prise en charge adéquate des victimes des morsures. Il a annoncé que notre pays vient de se doter d'un plan national intégré de lutte contre la rage en vue de son élimination en 2030.

Ce qui s'inscrit dans la vision du président de la République, Alassane Ouattara, qui prône l'accès aux soins pour tous et l'amélioration des conditions de vie des couches les plus vulnérables des populations.

C'est dans cette dynamique qu'il a salué les partenaires techniques et financiers qui appuient le pays dans cette lutte, notamment, la FAO, l'USAID, le CDC, l'OMS, l'UNICEF, ainsi que toutes les autres structures membres de l'organisation des Nations Unies.

Pour joindre l'acte à la parole, le ministre Adjoumani a offert, au nom du gouvernement, 1200 doses de vaccins gratuites pour la vaccination des animaux sensibles, la gente canine domestique et les singes dans les régions du Gontougo et du Bounkani.

Cote d'Ivoire

KKB depuis Guiglo - "Le retour de Gbagbo doit faire l'objet d'un dialogue direct avec le pouvoir en place..."

En tournée de quatre jours, depuis dimanche, dans le département de Guiglo, Kouadio Konan Bertin dit Kkb,… Plus »

Copyright © 2019 Le Patriote. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.