10 Janvier 2019

Tunisie: PME-PMI - Les laissés-pour-compte

La Tunisie traverse une de ses plus graves crises de tous les temps avec un manque de soutien aux entrepreneurs, une absence d'encadrement de la production industrielle, d'encouragement des PME, de clarté économique... Le tout avec la complicité de l'Union européenne, au premier rang, mais également de tous les organismes de financement et d'aide au développement étrangers, sans exception.

Par ailleurs, les PME dans les régions sont victimes d'une totale marginalisation et ne bénéficient que d'aides substantielles infimes, juste de quoi survivre. Un état de fait dont la responsabilité incombe en premier lieu aux gouverneurs de ces régions. Pourtant, les aides et soutiens financiers ne manquent pas de la part de nombre d'institutions et organismes financiers. Mais, seuls quelques nantis en profitent.

Dans ces circonstances, comment voulez-vous assurer un développement des marchés à l'exportation, voire une amélioration des indices économiques à l'échelle locale ? A titre d'exemple, la Ligue des Etats arabe a mis en place des programmes et des moyens pour concrétiser les accords de coopération interarabe, tel le projet du centre de prototypage de conservation de la propriété et d'encadrement, qui devrait être mis à la disposition des industriels.

Initié pour épauler les produits des entreprises des pays arabes, à travers l'élaboration des tests nécessaires et les études d'impact pour faciliter leur accès aux marchés étranger, ce centre ne bénéficie d'aucune légitimité faute de cadre légal et de structuration. Ce qui est de naure à dévaloriser son fonctionnement. Des défaillances préméditées, par la grâce des Etats occidentaux qui refusent tout développement des échanges entre pays arabes pour servir leurs propres intérêts et nous prendre encore plus par la gorge.

Intervenant lors d'une rencontre avec la Qatari Development Bank, je me suis étonné de l'absence d'une Sicar dans cette institution, tout comme c'est le cas pour leurs collègues des autres pays arabes, à leur tête l'Arabie Saoudite. D'ailleurs, c'est pour cela que les aides et dons des pays du Golfe, les PME et PMI ne font juste qu'en entendre parler, sans rien voir de concret.

Enfin, au niveau diplomatique, il y a également à redire, puisque les missions à l'étranger sont réservées en exclusivité à de simples fonctionnaires, au détriment des hommes d'affaires et des entrepreneurs.

Je dénonce donc un laisser-aller manigancé et une aliénation des entreprises privées, dans tous les secteurs économiques, aux fins de servir des intérêts étrangers. J'en fais porter la responsabilité à la communauté européenne qui distribue ses fonds aux plus nantis, au détriment des PME qui ne récoltent que des miettes. Tout est orchestré pour étouffer l'initiative privée, sous la conduite des soi-disant organismes d'aide,tels la GIZ, la Bird et j'en passe.

Tunisie

Les « Sang et Or » haut la main !

C'est avec une formation fortement remaniée que l'Espérance Sportive de Tunis a disputé hier… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.