10 Janvier 2019

Cameroun: Mobilisation pour la libération du corps de Marie Guing victime d'AVC à l'hôpital de Douala

Le corps de Maman Marie Guing victime d'AVC séquestré actuellement à l'hôpital Général de Douala pour non-paiement de soins.

Une pratique déshumanisante commence à se répandre dans les hôpitaux Camerounais.

La séquestration pour non-paiement de soins. La situation que vit actuellement la famille Guing, représenté par Saker Tsozo, fils de Maman Marie Guing décédé le 05/01/2019 à l'hôpital général de Douala est insoutenable.

Le directeur de l'hôpital général de Douala Dr Henry Lumia a séquestré le corps de Maman Marie contre paiement de la somme de 2.900.000 FCFA correspondant aux coûts de 9 jours d'internement dans cet hôpital.

L'affaire est simple. À la suite d'un Accident Vasculaire Cérébral (AVC) survenue le 19/12/2019 à Galim (Arrondissement situé à 20 Km de Mbouda dans les Bamboutos), Maman Marie, 64 ans, cultivatrice, résidente de Galim, est transportée d'urgence à l'hôpital de district de Galim, ensuite à l'hôpital départemental de Mbouda en l'absence de médecins spécialistes.

En l'absence de scanner à l'hôpital départemental de Mbouda, Maman Marie est par la suite transportée à l'hôpital régional de Bafoussam.

Le constat d'un AVC hémorragique étant réalisé à Bafoussam, Maman Marie est ensuite transportée à l'hôpital général de Douala, seul hôpital à disposer d'un plateau technique.

A l'arrivée de Maman Marie à l'hôpital général de Douala, une somme de 250.000 FCFA est exigée avant admission dans cet hôpital public.

Son fils Saker, agent de gestion dans une entreprise de la place, touchant un salaire mensuel de 100.000 FCFA, vide ces petites économies pour assurer le transport de sa maman de Galim à Douala, et le paiement de la caution de 250.000 FCFA exigée par cet hôpital.

Durant tout le séjour de Maman Marie à l'hôpital, Saker assure le paiement des ordonnances qui sont émises par les médecins de l'hôpital pour un coût total de 600.000 FCFA.

Au bout de 9 jours d'hospitalisation et après le constat du décès de Maman Marie, grande est la surprise de la famille de se voir intimer l'ordre de paiement d'un montant de 2.900.000 CFA incluant des médicaments pour près de 800.000 FCFA.

Saker fond en larme, impossible pour lui d'accéder et de récupérer le corps de sa maman. Au niveau de l'hôpital, la manœuvre est bien rodée, une fois l'insolvabilité du patient constatée, et en l'absence de couverture santé, celui-ci est retenu contre son gré (mais a-t-il vraiment le choix ?) dans les locaux de l'hôpital, sous la garde du personnel de sécurité.

Le patient devient dès lors un néo prisonnier dont la liberté relative lui permet de circuler dans l'enceinte de l'hôpital sans pouvoir en sortir.

Dès lors, Saker entame les démarches et négociations auprès des responsables de l'hôpital notamment auprès du chef de service clientèle (Mme Betry) et du chef du service contentieux (Mme Leudjo) pour rentrer en possession du corps de sa Maman. Il propose sans succès l'échelonnement et le rabais de la dette pour rentrer en possession du corps.

Constatant le non-paiement de cette dette, l'hôpital menace en laissant trainer le cops de Maman Marie pendant plus de 24H à l'air libre avant de l'admettre dans une morgue, sous scellé.

La situation s'envenime au point où Mme Leudjo informe Saker qu'il n'avait qu'à choisir un autre hôpital pour le soin de sa maman.

Les cas de ce genre sont légion, mais hélas, rarement médiatisés. L'exemple le plus récent et le plus horrible est celui de cette jeune mère qui ayant perdu son bébé de deux semaines, par suite d'une opération désastreuse a vu le corps de ce dernier confisqué à la morgue de l'hôpital général de Yaoundé.

Si on reconnaît la prospérité d'un pays à l'état de son matériel social, les hôpitaux camerounais sont la vitrine de l'état de déliquescence dans lequel notre pays se situe.

Et lorsqu'on voit les dirigeants de ces structures sous-équipées et désuètes malmener des gens dont le seul tort est d'être pauvre, il y'a de quoi se dire que c'est l'hôpital qui se moque de la charité.

Nous mettons en place une cagnotte de solidarité pour soutenir la famille Guing.

Toute personne désirant contribuer à aider la famille à retirer le corps de Maman Marie peut faire un paiement Orange Money en faveur de Mr Saker Tsozo sur le numéro suivant : +237 698 799 994.

Une cagnotte leetchi est aussi disponible pour recueillir les contributions qui aideront à la famille de retirer le corps de Maman Marie.

Cameroun

TCS - 20 ans de prison pour Gervais Mendo Ze

Hier à Yaoundé, le verdict de l'affaire ministère public, ministère des Finances contre le… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Camer.be. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.