Afrique: Internet s'invite dans la protection des animaux contre le braconnage

Les nouvelles technologies sont désormais utilisées pour protéger les espèces en voie de disparition et de lutter contre leur abattage sauvage.

Une start-up française spécialisée dans l'internet des objets a équipé, dans une réserve du Zimbabwe, des rhinocéros de balises GPS basse consommation. "On a commencé un projet au Zimbabwe, il y a maintenant trois ans, en inventant un capteur, installé dans la corne d'une trentaine de rhinocéros, qui émet trois fois par jour la position exacte du rhinocéros, et cela durant trois ans", a expliqué la directrice de la fondation Sigfox, Marion Moreau.

Le rhinocéros fait partie des espèces victimes des braconniers et menacées de disparition. Le GPS permet de le surveiller et d'intervenir en cas de menace. La start-up française s'associe également à la fondation de Jane Goodall afin de surveiller un habitat de chimpanzés de 21 000 km² en Tanzanie. Les singes sont suivis par des villageois grâce à des tablettes. "Les contrôleurs forestiers du village sont très fiers, nous ne leur avons pas dit ce qu'ils devraient enregistrer dans la forêt. Ils se sont réunis et ils ont choisi. Nous enregistrerons un arbre abattu illégalement, un piège à animaux, une cartouche au sol", a déclaré Marion Moreau.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.