Angola: La Chine réitère l'appui financier et infrastructurel à l'Angola

Luanda — Le gouvernement chinois va continuer à assister, essentiellement dans le secteur financier et des infrastructures, ainsi qu'en encourager les entreprises locales à investir dans ce pays africain, particulièrement dans les domaines agricole, culturel et industriel.

Ces propos ont été tenus jeudi à Luanda par l'ambassadeur de Chine en Angola, Cui Aimin, lors d'une rencontre avec les journalistes angolais.

Les dettes de la Chine en Angola s'estiment à 23 milliards de dollars américains pour les projets des infrastructures en Angola, selon les autorités angolaises citées par le diplomate chinois.

« Le chiffre cité ci-haut pourra augmenter cette année avec le renforcement des relations de la coopération bilatérale », a ajouté la source.

Selon lui, un investissement a besoin de plus ou moins cinq à six ans pour se concrétiser, d'où la patience doit être de la partie. La venue des entreprises chinoises en Angola reflète la volonté de la Chine à aider ce partenaire dans tous les domaines.

Pour le diplomate chinois, les prochaines années, la Chine va investir plus dans l'industrie en Angola, ajoutant que les deux pays sont dans une période d'actualisation et de réajustement dans ses relations, avec de bons résultats jusqu'à aujourd'hui.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.