11 Janvier 2019

Cote d'Ivoire: Représentation des femmes... - Bientôt l'annuaire "Les femmes ivoiriennes en chiffres"

« Désormais, la Côte d'Ivoire dispose d'un outil de référence pour mesurer les progrès réalisés », s'est réjouie Bakayoko-Ly Ramata

« Nous pouvons fièrement dire combien de femmes sont Présidentes de Conseil d'Administration, Directrices Générales, Directrices de Cabinet, Inspectrices d'Etat, Adjointes au Maire, Vice-Présidentes de Conseil Régional, Secrétaire générale de Mairie ou de Conseil Régional, Présidentes de Commissions, Présidentes de Groupe parlementaire, etc. », s'est réjouie Mme Rachel Gogoua, présidente du Groupe des Organisations Féminines pour l'Egalité Homme-Femme (Gofehf), une faîtière de 18 réseaux et Organisations non gouvernementales droits des femmes.

C'était à l'occasion de la présentation des résultats de l'étude sur l'« état des lieux de la représentation des femmes dans les instances de prise de décisions dans l'Administration publique et parapublique et dans les Assemblées élues en Côte d'Ivoire », le 9 janvier 2018, à Abidjan-Plateau.

« En termes de perspectives, en collaboration avec l'Institut national de la statistique, les résultats de l'étude feront l'objet de publication et de compilation dans un annuaire intitulé "Les femmes ivoiriennes en chiffres" », a promis Bakayoko-Ly Ramata ministre de la Femme, de la Famille et de l'Enfant.

Cette étude réalisée par Gofehf a bénéficié de la contribution de l'Union européenne, d'Ajws, de l'Unfpa et de l'Onufemmes révèlent qu'environ un poste de décision sur quatre soit 38,89% est occupé par une femme à la Haute autorité de la bonne gouvernance (Habg).

Elle est suivie respectivement de "Le Grand médiateur" avec un taux de représentation de 35,55% réservé aux femmes ; du Conseil constitutionnel où 34,78% des postes de prises de décisions sont occupés par des femmes. Cette étude montre que la Chambre des Rois et Chefs traditionnels est marquée par une faible présence des femmes au niveau des postes de décisions. La Grande Chancelière, la Primature, la Commission nationale des droits de l'homme (Cndhc)i, la Commission électorale indépendante (Cei), l'Inspection générale d'Etat, l'Assemblée nationale viennent dans l'ordre avant la Chambre des Rois et Chefs traditionnels. « Cette étude pourrait être la première du genre réalisée en Afrique subsaharienne selon nos connaissances », a indiqué Mme Rachel Gogoua.

Ces résultats, a-t-elle poursuivi, aideront la Côte d'Ivoire à être parmi les leaders dans la réalisation de l'Objectif de développement durable (Odd 5) qui exhorte à « parvenir à l'égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles ».

Dans le cadre de cette étude, a-t-elle souligné, ce sont 90 structures et institutions parmi lesquelles la primature qui ont été sollicitées. Et d'ajouter que cette étude répond aux interpellations qui reviennent de façon récurrente sur le fait que les femmes ivoiriennes sont sous-représentées dans les instances de prise de décisions dans l'Administration publique et parapublique et les Assemblées élues en Côte d'Ivoire. Ces résultats feront l'objet de la production d'un annuaire appelé « Les femmes Ivoiriennes en chiffres ».

A propos de l'étude sur le Secteur privé, Charles Raudot, Représentant de l'Union européenne à cette cérémonie, a soutenu que l'Ue va s'y engager. Et cela, après avoir indiqué qu'il est essentiel d'avoir des chiffres et des données sur les questions de genre.

« Désormais, la Côte d'Ivoire dispose d'un outil de référence pour mesurer les progrès réalisés », s'est réjouie Bakayoko-Ly Ramata ministre de la Femme, de la Famille et de l'Enfant.

Cote d'Ivoire

CPI - Pourquoi Gbagbo et Blé Goudé sont maintenus en détention

Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé resteront « exceptionnellement » en détention… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Fratmat.info. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.