12 Janvier 2019

Ile Maurice: Dans une crèche - Elle place un bébé d'un an et demi dans un placard pour le «drésé»

«Mo pé zis dres zanfan la é si aster la pa dres li kan pou dres li.» C'est ainsi que l'assistante maternelle aurait justifié son geste après avoir été surprise par la directrice alors qu'elle punissait un bébé d'un an et demi. L'enfant était dans le placard en train de pleurer. Cette directrice d'une école primaire, pré-primaire et d'une crèche dans le Nord a porté plainte contre son employée au poste de police de Triolet, dans l'après-midi de jeudi. L'assistante maternelle est accusée d'avoir maltraité le bébé d'un an et demi.

Sollicitée, la directrice nous a expliqué que l'incident avait eu lieu le 15 novembre. Elle a alors contacté le ministère de l'Égalité des genres. On lui a conseillé de porter plainte directement au poste de police car c'était un cas de maltraitance. «Mon superviseur à l'école m'a informée qu'elle a entendu un bébé pleurer d'une façon anormale dans la salle de bains. Elle s'y est immédiatement rendue pour voir ce qui se passait. Elle s'est aperçue que l'assistante maternelle avait placé l'enfant dans le placard. Choquée, elle l'a réprimandée. Selon la directrice, ce n'était pas à elle de punir l'enfant. Elle aurait dû tout de suite en référer à la direction.

Elle ajoute avoir pris les actions nécessaires par rapport à son employée. «Elle a été appelée au bureau. Nous lui avons dit que sa place n'était pas auprès des enfants. Le 18 novembre 2018, j'ai appelé le bureau du travail pour informer que j'avais licencié cette employée sur le champ à la suite de son comportement. J'ai dû prendre cette décision afin de protéger les enfants, les conséquences auraient pu être pires. Je veille au bien-être des enfants et ce n'est pas la première fois qu'elle agissait ainsi.»

Elle poursuit en disant que cinq mois de cela, elle avait enfoncé un mouchoir dans la bouche d'un bébé. «Je l'ai appelée pour avoir sa version des faits. Elle a expliqué qu'elle avait pris un mouchoir pour essuyer le visage de l'enfant. Je lui ai accordé le bénéfice du doute car elle avait deux ans d'expérience chez nous. Comme elle avait son certificat de 'caregiver' je lui ai fait confiance mais je n'aurais pas dû. Cette fois-ci je risquais gros si je la gardais chez moi car ma réputation est en jeu. Le lendemain, nous avons contacté les parents de l'enfant pour leur expliquer la situation. Ils ont eu un choc terrible. Ils ont demandé que l'enfant change de classe pour plus de sécurité. Ils ont été soulagés que l'assistante maternelle ait été licenciée.»

Le ministère sollicité

Sollicitée pour une réaction, la mère de l'enfant nous confirme qu'elle avait fondu en larmes à l'école en apprenant la nouvelle. «Je me suis dit qu'une école devait inspirer confiance. C'est un lieu où les enfants doivent pouvoir s'épanouir et grandir sereinement. J'ai demandé que mon fils soit transféré et mis entre les mains d'une assistante maternelle de confiance. Celle qui avait puni mon fils est venue me voir au travail pour s'excuser. Je lui ai dit que s'il lui arrivait de retravailler avec des enfants qu'il ne faudrait pas répéter la même erreur.»

Nous avons aussi cherché à connaître l'avis du ministère du Travail à ce sujet, notre requête est, toutefois, restée vaine. Nous avons également contacté le ministère de l'Égalité des genres et du développement de l'enfant, pour recueillir leur version des faits. Notre source nous révèle que le ministère ne prendra pas de sanction contre la personne concernée car elle a déjà été licenciée. Pour une meilleure gestion des écoles, il y aura une inspection à travers l'ile pour voir si les règles et les normes en matière de sécurité sont respectées.

Quant à l'assistante maternelle, elle nous a confié qu'elle s'est rendue au bureau de l'emploi car elle avait entendu que la directrice de l'école avait porté plainte contre elle. «Comme il y a une plainte déposée à la police, on m'a demandé de donner ma déposition au poste de police de Triolet. Je leur ai expliqué que je changeais le bébé dans la salle de bains mais qu'à aucun moment je ne l'avais mis dans le placard. On m'accuse aussi d'avoir enfoncé un mouchoir dans la bouche d'un enfant mais cela n'a jamais été le cas. L'enfant vomissait, j'ai mis le mouchoir pour qu'il ne salisse pas ses vêtements.»

Ile Maurice

Accident mortel à Goodlands - Le chauffeur du camion libéré sous caution

Il a comparu en cour et a dû payer une caution de Rs 7 000. Le chauffeur du camion impliqué dans l'accident… Plus »

Copyright © 2019 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.