Egypte: Une étudiante renvoyée pour un câlin

En Egypte, une étudiante a été renvoyée dimanche de l'université islamique d'al-Azhar pour avoir été étreinte par un étudiant sur un autre campus en début d'année. Le conseil de discipline de la branche de l'université à Mansourah dans le Delta a estimé que l'étudiante en langue arabe avait enfreint « les valeurs d'al-Azhar et de la société ».

La jeune fille avait été surnommée « l'étudiante de l'étreinte » après la publication de la vidéo, filmée à distance, sur YouTube. On y voit l'étudiante voilée dans la cafeteria de la faculté de lettres de Mansourah surprise par un étudiant qui lui offre des fleurs avant de l'étreindre et de la porter dans ses bras.

Une vidéo qui a enflammé les réseaux d'une société égyptienne conservatrice. Une campagne pour l'application d'un « châtiment exemplaire » a été lancée après la découverte que l'étudiante appartenait à l'université islamique d'al-Azhar qui interdit la mixité.

Le renvoi de l'étudiante a, à son tour, provoqué de nombreuses réactions de condamnation sur les réseaux. Ils dénoncent « une société de répression religieuse » et « un retour à l'obscurantisme ». Un internaute conclut : « il aurait mieux valu qu'elle soit harcelée sexuellement, car les autorités n'auraient alors rien fait. »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.