Sénégal: Abdallah Cissé - «Le Sénégal n'a pas de politique criminelle, cela peut faire peur, mais c'est la réalité»

14 Janvier 2019

Professeur à l'Université Gaston Berger (UGB) de Saint-Louis, Abdallah Cissé, pense que le Sénégal n'a pas une politique criminelle. Il s'exprimait avant-hier, samedi 12 janvier, lors de la présentation du livre du chef de la Division spéciale de cybersécurité, Pape Gueye, qui a pour titre: «Criminalité organisée, terrorisme et criminalité: réponses politiques et criminelles».

Le professeur Abdallah Cissé de l'Université Gaston Berger (UGB) de Saint- Louis, juge que le Sénégal n'a pas une bonne politique criminelle.

Prenant la parole lors de la cérémonie de dédicace du livre du commissaire de police et, par ailleurs, chef de la Division spéciale de cybersécurité avant-hier, samedi 12 janvier, il est revenu sur la nécessité de refaire le système.

«Le Sénégal n'a pas de politique criminelle; cela peut faire peur, mais c'est la réalité. Nous avons un Code pénal, un Code de procédure pénal, mais personne ne peut dire en quoi se résume la politique criminelle du Sénégal», déplore-t-il.

Le professeur Abdallah Cissé, trouve que le livre du commissaire Pape Gueye, vient combler un vide. Mieux, pense-t-il, il lance un défi aux autorités, leur appelant à mettre en place une politique criminelle.

Selon lui, le Sénégal ne s'est pas attelé à mettre en place une politique criminelle parce que, trouve Abdallah Cissé, c'est le législateur colonial qui en avait fait sa propre affaire.

L'évolution de la technologie fait aussi que le Sénégal devra se conformer à la modernité, en faisant en sorte que l'Etat soit une plateforme numérique pour que toutes les demandes de sécurité puissent être traitées en ligne.

Mieux, relève-t-il, la politique criminelle du Sénégal nécessite aussi d'avoir une vision prospective. «Les Forces de défense et de sécurité sont obligées de s'adapter et de se transformer et d'adapter une nouvelle politique policière de sécurité. Si on ne le fait pas, on passe complétement à côté de l'essentiel», prévient-il.

Non sans expliquer que pour élaborer cette politique criminelle, il faut de la rigueur, de la normalisation, la discipline, de l'éthique et une ressource humaine de qualité.

Toutes ces exigences démontrent la nécessité d'avoir un ouvrage comme celui du commissaire Pape Gueye, estime le professeur Abdallah Cissé. En outre, il faudrait également que le ministère de l'Intérieur et de la Sécurité Publique fasse du livre des extraits qui feront les typologies des infractions.

Pour l'auteur, le commissaire Pape Gueye, l'ouvrage vise à partager les résultats de ses recherches sur la criminalité.

C'est une reproduction de sa thèse doctorale, axée sur «Le terrorisme, la criminalité internationale organisée et la cybercriminalité: réponses politiques et criminelles». C'est pourquoi il invite à réfléchir sur les stratégies mises en place pour faire face à ces types de criminalité.

Venu présider la cérémonie, le ministre de l'Intérieur et de la Sécurité Publique, Aly Ngouille Ndiaye, a déploré la vulnérabilité des grandes multinationales aux attaques des cybercriminels.

Aussi a-t-il ajouté que des dispositions sont prises pour que des structures sous sa tutelle puissent disposer du livre du commissaire Pape Gueye.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.