14 Janvier 2019

Sénégal: Cheikh Hamidou Kane, un "écrivain à titre accessoire"

Dakar — Cheikh Hamidou Kane a dit qu'il ne se considérait pas comme un écrivain, au moment de la sortie en 1961, aux Editions "Julliard" en France, de son roman "L'aventure ambiguë", mais plutôt comme "un écrivain à titre accessoire".

"Je ne me considérais pas comme un écrivain, l'écriture n'était pas mon métier, je m'étais préparé à lier le bois au bois , l'écriture était une fonction secondaire, j'étais écrivain à titre accessoire", a-t-il répondu dimanche, à Dakar, à une élève du lycée d'excellence Seydou Nourou Tall qui l'interrogeait sur ses émotions ressenties lors de la publication de son premier livre.

L'auteur a échangé pendant plus de deux heures avec un groupe d'élèves venant des lycées Mariama Ba de Gorée, Seydou Nourou Tall et de Sokone, au centre du pays.

C'était au Musée des civilisations noires lors d'une cérémonie d'hommage organisée en son honneur en présence du ministre de la Culture, Abdou Latif Coulibaly et de l'artiste ivoirien, Sidiki bakaba.

L'auteur et ancien ministre qui a suivi une formation en Droit, en philosophie et en administration a estimé qu'à l'époque "on était tout à la fois".

"On ne pouvait pas être des écrivains qui s'enferment dans leur tour d'ivoire. Léopold Sédar Senghor enseignait et faisait de la politique, Ousmane Socé Diop était vétérinaire, Seydou Bodian Kouyaté était docteur en médecine, etc., nous étions tous des techniciens et faisions de la politique, l'écriture était une fonction secondaire", a expliqué l'auteur du livre "Les gardiens du temple" (1995).

Pour sa part, dit-il "Dieu m'a donné le talent de porter le témoignage de ma vie, de mon époque".

Cheikh Hamidou Kane a écrit ses deux ouvrages "L'aventure ambiguë" et "Les gardiens du temple" en tant que "témoin de l'histoire".

"L'aventure ambiguë" en tant que "témoin de la 3ème et 4ème générations d'Africains après leur contact "violent" avec l'Occident.

"Je devais écrire cette histoire assez caractéristique pour que les autres en tire des leçons", dit-il.

Quant au livre "Les gardiens du temple", il se place selon l'auteur après cette période "dure" des indépendances.

"J'ai écrit ces deux livres pour dire que c'est possible d'avoir un monde nouveau, il serait meilleur si chacun assume son identité et accepte l'identité de l'autre, il est possible de créer un monde nouveau où l'on collabore", fait valoir l'écrivain, premier lauréat du "Grand prix littéraire d'Afrique noire" en 1961.

L'écrivain est largement revenu sur le contexte de publication de "L'aventure ambiguë" qu'il considérait comme "le journal" de sa vie.

Le manuscrit raconte l'écrivain a été remis à Vincent Monteil, un chercheur qui a d'ailleurs préfacé le livre.

"Il l'a fait lire à Senghor et tous les deux se sont adressés à des éditeurs, +Julliard+ pour Vincent et +Seuil+ pour Senghor", finalement Julliard a été le premier à le publier", dit-il.

En tant que gouverneur de Thiès à l'époque, Cheikh Hamidou Kane a eu échos de la publication du livre lors de congé à Paris, en mars 1961.

Un article "élogieux " lui est consacré dans le journal "Le Monde" lors de la parution et le président Senghor a mobilisé pendant un mois la radio nationale, dirigée à l'époque par Mamadou Lamine Diakhaté, pour faire la promotion du livre.

Sénégal

Résolutions du Conseil des Ministres de l'UMOA tenue à Dakar, le 22 mars 2019

Le Conseil des Ministres de l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) a tenu sa première… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Agence de Presse Sénégalaise. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.