14 Janvier 2019

Sénégal: Invalidation provisoire de la candidature de khalifa Sall - Son mandataire appelle l'opposition à se mobiliser

Photo: Le Pays
Karim Wade et Khalifa Sall

Dakar — Ababacar Thioye, mandataire de l'ex-maire de Dakar Khalifa Sall dont la candidature à la prochaine présidentielle a été invalidée par le Conseil constitutionnel, appelle l'opposition à se mobiliser contre cette décision qu'il qualifie de "forfaiture".

"Ce n'est pas devant ces juridictions que nous obtiendrons gain de cause, et j'en appelle à la mobilisation de toute l'opposition parce qu'il est temps d'arrêter "ces "forfaitures", a-t-il dit.

Il s'entretenait avec des journalistes, lundi à Dakar, peu après la publication par le Conseil constitutionnel de la liste provisoire des candidats à la présidentielle de février 2019 dont est exclu Khalifa Sall et Karim Wade.

Les "sept sages" ont en revanche validé les dossiers de candidature du président sortant Macky Sall, candidat à un second mandat. Les opposants Idrissa Seck, Madické Niang, Ousmane Sonko et Issa Sall ont été aussi autorisés à briguer les suffrages des Sénégalais.

Selon le mandataire de Khalifa Sall, condamné à 5 ans de prison pour notamment escroquerie sur deniers publics, "le Conseil constitutionnel n'a pas dit le droit" concernant l'ex-maire de Dakar, révoqué fin août dernier par décret présidentiel suite à la confirmation de sa condamnation.

La décision d'invalider la candidature de Khalifa Ababacar Sall "est une décision qui relève plutôt d'une forfaiture" des juges qui, selon lui, "ont décidé d'aider" le président sortant "à liquider des adversaires politiques".

"Il n'y aura pas d'élection dans ce pays sans que Khalifa Ababacar Sall et Karim Wade y participent", menace M. Thioye, évoquant également le cas de l'ancien ministre et fils de l'ex-président Abdoulaye Wade.

Comme Khalifa Sall, Karim Wade a vu sa candidature invalidée par le Conseil constitutionnel, la juridiction supérieure invoquant leur condamnation 5 et 6 ans de prison respectivement pour escroquerie sur deniers publics et enrichissement illicite.

M. Wade "n'a pas la qualité d'électeur au sens des articles L.27 et L.31 du Code électoral et ne peut faire acte de candidature" à la présidentielle du 24 février 2019, a justifié le Conseil constitutionnel dans sa décision.

Il y aussi que Karim Meïssa Wade a produit un extrait de casier judiciaire sur lequel il est mentionné qu'il a été condamné le 23 mars 2015 à six ans d'emprisonnement ferme par la Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI), soulignent les "sept sages".

Les motifs avancés pour l'invalidation de la candidature de Khalifa Ababacar Sall font ressortir que le leader de Taxawu Senegaal "ne peut plus se prévaloir de la qualité d'électeur au sens des articles L.27 et L.31 du Code électoral (...)".

Ainsi, "ne remplissant pas la condition prévue par l'alinéa 1er de l'article L.57 du Code électoral, il ne peut faire acte de candidature à l'élection présidentielle".

Les "sept sages" ajoutent : "Il résulte de l'arrêt numéro 454 rendu le 30 août 2018 par la Cour d'Appel de Dakar et transmis au Conseil constitutionnel, que Khalifa Ababacar Sall est condamné, en application des articles 135 à 137 et 152 et suivants du Code pénal, pour faux et usage de faux en écriture de commerce, faux et usage de faux dans des documents administratifs et escroquerie portant sur des deniers publics, à une peine de 5 ans d'emprisonnement ferme et 5 millions de frs CFA d'amende".

Les "sept sages" soutiennent par ailleurs que "le caractère suspensif du pourvoi en cassation en matière pénale a pour effet d'empêcher l'exécution de l'arrêt de la Cour d'Appel avant l'expiration du délai d'exercice du pourvoi en cassation et, en cas d'exercice du pourvoi dans le délai, jusqu'à la décision de la Cour suprême s'il s'agit d'un arrêt de rejet et, au-delà s'il s'agit d'un arrêt de cassation".

Sur le motif selon lequel Khalifa Ababacar Sall "ne dispose pas de carte électeur", son mandataire assure que le dossier déposé fait mention du numéro de sa carte d'électeur.

"A ce que je sache, à ce jour Monsieur Sall n'est pas radié des listes électorales et dans tous les cas, il ne peut pas l'être parce qu'il est régulièrement inscrit sur les listes électorales", a-t-il fait valoir, avant d'ajouter que "les listes électorales définitives ont été publiées et il n'est plus possible d'y revenir".

"Il faut être assuré que notre riposte sera à la mesure de la forfaiture que veut faire le Conseil constitutionnel", prévient Ababacar Thioye.

En savoir plus

Rejet des candidatures de Karim Wade et Khalifa Sall - Macky Sall se frotte les mains

Ça y est ! Le Conseil constitutionnel sénégalais a tranché. Karim Wade et Khalifa Sall ne… Plus »

Copyright © 2019 Agence de Presse Sénégalaise. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.