Kenya: Bilan meurtrier après l'attaque d'un complexe hôtelier à Nairobi

Des agents de sécurité ont été déployés dans les Westlands, à Nairobi, à la suite d'une explosion et de coups de feu signalés à l'hôtel DusitD2 le 15 janvier 2019.

Au Kenya, la police assure que l'assaut des forces de l'ordre est désormais terminé à Nairobi, plus de 20 heures après que des rebelles islamistes shebabs ont attaqué un complexe hôtelier. Le président Uhuru Kenyatta a affirmé que tous les terroristes ont été éliminés. Le chef de l'Etat dit aussi que l'attaque a fait 14 morts, et un nombre encore indéterminé de blessés. Plus de 700 civils ont dû être évacués.

Les forces de sécurité kényanes disent avoir mis un terme, ce mercredi matin, à l'attaque visant un complexe hôtelier de Nairobi au terme d'un siège de près de vingt heures. Selon un premier bilan donné par le chef de l'Etat, Uhuru Kenyatta, tous les terroristes ont été éliminés. Par ailleurs, 14 personnes au moins sont mortes et de nombreuses autres blessées.

Pas de précision de la part des autorités toutefois concernant le nombre total de jihadistes ayant participé à l'opération. Des images de vidéosurveillance diffusées par les médias kényans montrent quatre hommes équipés d'armes automatiques et de grenades progresser calmement dans le complexe. Au moins un jihadiste s'est fait exploser au début de l'attaque.

Une source policière a indiqué de son côté que deux assaillants ont été tués mercredi matin au terme d'un échange de tirs prolongé. « Ils portaient tous les deux des foulards rouges sur le front et des cartouches étaient attachées autour de leur poitrine (...) ils avaient chacun un AK-47. »

Le président kényan, lors de sa conférence de presse, a tenu à saluer le travail des forces de sécurité kényanes. « Plus de 700 civils ont été évacués du complexe depuis le début de l'attaque jusqu'aux petites heures du matin. »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.