Algérie: Migration clandestine - Une stratégie nationale pour convaincre les jeunes de construire leur avenir en Algérie

Alger — Les participants aux travaux d'une journée de sensibilisation sur le phénomène de l'émigration clandestine (Harga) ont mis l'accent, mardi à Alger, sur l'impératif mise en place d'une stratégie nationale en mesure de "changer le regard" des jeunes envers le phénomène de l'émigration clandestine et "les persuader que leur futur ne se fera qu'à l'intérieur de leur pays qui met à leur disposition les possibilités et les chances de mener une vie décente".

"Les pouvoirs publics ont mobilisé tous les moyens de lutte contre les barques de la mort" a expliqué la directrice du Laboratoire "Famille, développement et prévention contre la délinquance et la criminalité" à l'université d'Alger II, Sabah Ayachi, estimant que "le meilleur moyen de lutte contre ce phénomène est la mise en place urgente d'une stratégie nationale visant le changement des mentalités des jeunes envers ce type de migration".

Pour Dr. Ayachi, cette stratégie "devant être élaborée par les pouvoirs publics en coordination avec la société civile" a pour objectif "le changement de la mentalité des jeunes envers ce phénomène en parvenant à les persuader que leur avenir et leurs aspirations ne peuvent être atteints en dehors de leur pays qui met à leur disposition tous les moyens et les chances notamment en ce qui concerne la formation professionnelle, l'acquisition de compétences et d'apprentissage, et la création des startups".

Décriant "les commerçants de la mort qui encouragent les jeunes à traverser la mer via des expéditions en contrepartie d'importantes sommes d'argent", Mme. Ayachi a plaidé pour "la création de bureaux de Consulting" à travers tout le pays pour expliquer "les mécanismes de création de startups et les modalités d'accès aux centres de formation".

Elle a également mis en avant le rôle des experts sociologues devant raffermir leurs liens avec les familles afin de sensibiliser les jeunes sur les dangers qui résultent de ce phénomène. D'un autre point de vue, l'imam Abderraouf Boukthir a affirmé, de son côté, que les hommes de religion s'étaient accordés sur la prohibition de ce type de comportements.

Le président de l'organisation nationale pour la sauvegarde de la jeunesse, Abdelkim Abidat a mis en exergue, pour sa part, l'impératif de sensibiliser au quotidien les jeunes pour "prévenir les dangers et les fléaux, notamment l'harga", à travers, ajoute-t-il, "la mise en place d'une stratégie dotée de tous les moyens et outils".

A l'occasion de cette journée de sensibilisation organisée par le Centre culturel islamique, l'association ness El Khir a fait état de l'organisation d'une caravane de sensibilisation devant sillonner 12 wilayas côtières pour expliquer les mécanismes et dispositifs de l'emploi des jeunes et de création de leurs propres entreprises dans le cadre des différents programmes mis sur pied par l'Etat au profit de la catégorie des jeunes.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Algérie

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.